La soeur de la lune, T5 les sept soeurs, Lucinda Riley, Editions Charleston

Comme à chaque nouveau tome de cette saga, j’aime prendre mon temps pour replonger dans l’histoire des sept soeurs. Ce tome 5 s’intéresse à Tiggy, qui est de loin celle que j’avais le plus envie de découvrir, et je crois qu’il s’agit de mon tome préféré.

Tiggy, la 5e soeur, est passionnée par les animaux, végétalienne, et son rêve est de partir pour l’Afrique. Mais en attendant, elle se voit proposer un emploi dans les Highlands d’Ecosse, sur le domaine de Kinnaird, appartenant à Charlie Kinnaird, un séduisant chirurgien, où Tiggy doit y réintégrer des chats sauvages et suivre leur comportement.

Sur place, elle fait la connaissance de Chilly, un vieux gitan un peu à part, qui lui assure qu’elle était celle qu’il attendait pour la conduire à sa famille. Alors qu’il commence à lui raconter ses origines, la situation sur le domaine de Kinnaird se dégrade pour Tiggy qui décide de partir pour l’Espagne, sur les hauteurs de Sacromonte, à la fois pour se reposer et en profiter pour aller sur les traces de sa famille, qui la font remonter à sa grand mère Lucia, une célèbre danseuse de flamenco.

Tiggy est certainement la plus sensible, la plus empathique des soeurs. Même si elles sont toutes attachantes, j’ai vraiment ressenti un feeling particulier avec elle. Cette passion pour les animaux, cette empathie naturelle, sa sensibilité, son ouverture d’esprit, en font une personne que j’ai pris plaisir à découvrir et de laquelle je me suis sentie très proche.

Dans ce nouveau tome, Lucinda Riley inclut de nouveaux éléments intéressants et à la fois frustrants sur la prétendue mort de Pa Salt, et nous donne des nouvelles des soeurs précédentes, ne nous faisant pas oublier que ces livres sont une saga, et bien que chaque tome raconte l’histoire d’une soeur, elle n’en oublie pas pour autant les précédentes pour notre plus grand plaisir.

Ce tome est très porté sur la spiritualité, à travers les croyances et traditions gitanes de la famille de Tiggy. Une plongée dans des traditions ancestrales que l’auteure explore en profondeur ; de leur façon de vivre à ce don qu’ils se transmettent, en passant par leurs remèdes à base de plantes et leur exclusion de la société. La recherche est vraiment complète et rend hommage à ce peuple bien souvent mal compris.

Comme toujours, l’histoire se scinde en deux époques, nous plongeons à la fois dans le présent de Tiggy, à la fois au début du 20e siècle avec ses ancêtres, et des liens se créent entre les deux. Le flamenco prend lui aussi une place importante, la danse et l’art de manière générale sont un fil conducteur du passé de Tiggy. Les animaux ont eux aussi leur place importante, à travers la passion de Tiggy et l’auteure invite à réfléchir sur cette mode vegan, sur la chasse, et fait des animaux des êtres humains à part entière.

D’autres thématiques sont abordées plus légèrement mais n’en sont pas pour autant moins importantes ; le harcèlement scolaire, la vision du divorce par un enfant, les sacrifices effectué par une famille pour son enfant… Lucinda Riley inclut subtilement des éléments d’actualité, qui rendent sa fiction d’autant plus réelle.

C’est encore une fois un tome magnifique que nous livre l’auteure, sans doute mon préféré même si j’ai hâte de découvrir le prochain tome qui mettra en avant Electra, la 6e soeur qui semble totalement différente des autres.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s