La vie sans toi, Xavier de Moulins, Editions JC Lattès

Paul et Eva sont un couple au bord de la dérive. Il est peintre, mais depuis quelques temps, il peine à trouver l’inspiration et la date de sa prochaine exposition approche. Elle occupe un poste important dans la finance, qui lui demande de nombreux trajets et déplacements loin de la maison et de leur deux petites filles Marie et Louise.

Leurs métiers les épuisent, mais chacun donne tout pour ses enfants, à l’instar de leur couple, qui s’essouffle chaque jour un peu plus depuis un événement tragique survenu quelques années auparavant ; la mort de leur fils, et la tentative de suicide d’Eva.

Lorsqu’Eva est arrêtée suite à un malaise au travail, elle prend soudain conscience de la vie qui existe à côté de son travail. Elle commence à sortir, et à se confier à un Andreas, un homme qui la regarde différemment, qui l’écoute et qui n’est pas son mari. Mais si cet homme semble être bien sous tous rapports, il n’est pas celui qu’il parait…

Ce roman se décompose en 4 parties, où tout va crescendo. Au début, nous entrons dans le quotidien banal de ce couple qui ne se parle plus, ne se comprend plus, et s’enfonce tête baissée dans le travail pour ne pas avoir à se regarder. Une ambiance qui crée un malaise dans lequel nous sommes embarqués. Puis nous découvrons que le mal est plus profond, suite à cet événement terrible ; la mort de leur fils. Cette tragédie à vraiment bouleversé leur vie sous différents aspects.

La mort d’un enfant et ses conséquences sont la thématique principale, au coeur du roman. L’aspect psychologique est vraiment présent, autant que la douleur, le chagrin et la descente aux enfers vécue par les parents, qui tentent malgré tout de rester forts pour les enfants qui restent, malgré leur envie de disparaître. Ce qui peut les pousser jusqu’à la folie, jusqu’au besoin de s’inventer un nouveau monde leur permettant d’oublier cette souffrance.

Le rythme est soutenu, saccadé, à la fois étrange et décalé. Le récit semble être écrit à l’envers, comme si on remontait le temps pour comprendre la tragédie qui a frappé la famille, jusqu’à cette fin inattendue qui m’a quelque peu déçue au début, mais qui, passé la surprise, s’avère plutôt réussie, et nous force à reconsidérer notre lecture sous un tout autre aspect…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s