Le bruit des pages, Livia Meinzolt, éditions Charleston

2016. Eva ne s’attendait pas a ça lorsqu’elle à rencontré Ernest, un vieil homme propriétaire d’une librairie de livres anciens, avec qui elle passait du temps. A son décès, celui-ci lui lègue la librairie et tout ce qu’elle contient. Après avoir patienté avant d’investir les lieux, elle se décide enfin à faire le tri. La seule condition ; un livre rare d’un auteur russe, et un tableau représentant une jeune femme écrivant dans un carnet doivent rester dans la librairie.

Inspirée par la mémoire des lieux et par le tableau, Eva se met à écrire, imaginant le quotidien de la jeune fille, imaginant ce qu’elle confie à son journal intime. La vie de Polina se dessine alors, une jeune fille russe de bonne famille, destinée à épouser Sergueï, l’homme que ses parents lui ont choisi. Mais sa rencontre avec Sacha, un jeune homme blessé de guerre, va bouleverser ses convictions.

De son côté, pendant cette période d’écriture, Eva va rencontrer Vitya, un jeune homme russe qui va la conduire à St Pétersbourg, là où se déroule l’intrigue du journal de Polina. Eva, Polina, les coïncidences sont troublantes…

Premier roman d’une jeune auteure que j’avais hâte de découvrir. J’ai eu un peu de mal à accrocher au début ; sa jeunesse se ressent dans l’écriture, certains passages m’ont semblé légèrement naïfs, et parfois un peu niais. J’ai eu envie de secouer ces personnages féminins, autant Eva que Polina, qui me semblaient un peu trop enfermées, un peu trop naïves.

Cependant, la suite m’a enchantée ; les parties du journal et la suite de l’histoire sont très fluides, vraiment poétiques à la fois grâce aux poésies présentés mais aussi dans la manière d’écrire de l’auteure, de formuler ses phrases. Elle possède une plume intéressante et vraiment belle, malgré quelques passages moins bien tournés. C’est incroyable car on pourrait penser que l’histoire est écrite par deux personnes différentes, tant la différence se ressent.

Ce roman est une ode à l’art sous toutes ses formes ; la musique, la peinture, l’écriture, mais aussi à l’amour, omniprésent, et à ce pays que l’auteure aime tant ; la Russie. Elle parvient, à travers ses personnages, à nous transmettre sa passion, qu’elle soit littéraire, historique, actuelle. De la révolution russe au St Pétersbourg actuel, nous voyageons entre les époques, entre des façons de vivres et des cultures différentes.

Et puis ce petit côté « magique », un peu surnaturel qui prend tout son sens au fil de la lecture n’était pas pour me déplaire, bien au contraire ! Je termine ma lecture sur une note positive, et reste persuadée qu’avec un peu d’expérience, l’auteure possède un bel avenir devant elle !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s