Le colis, Sebastian Fitzek, Editions l’Archipel

 

Emma est une psychiatre reconnue, enceinte de son mari policier, et il forment un couple heureux et sans problèmes. Mais lors d’une nuit à l’hôtel suite à une conférence, elle est victime d’une agression par celui que les médias surnomment « Le Coiffeur » ; il agresse ses victimes, les tue et leur rase la tête. S’il lui a rasé la tête, il l’a cependant laissée vivante après l’avoir violée.

Depuis ce terrible évènement, elle vit cloîtrée dans sa maison, ne sort plis et ne veux plus voir personne, craignant plus que tout de recroiser la route du coiffeur dont elle n’a pas vu le visage. Un jour, le facteur lui demande de prendre un colis pour l’un de ses voisins. Or, le nom de ce voisin lui est totalement inconnu, alors qu’au fond de leur impasse, chacun se connaît…

Emma se lance dans des recherches pour découvrir qui est ce mystérieux voisin dont elle n’a jamais entendu parler. Mais pour cela, il va lui falloir sortir de chez elle et affronter le monde extérieur…

C’est toujours un plaisir de retrouver la plume talentueuse de Sebastian Fitzek ! Encore une fois, il frappe fort avec un nouveau thriller très psychologique, son domaine de prédilection, et celui où il excelle !

Nous entrons donc dans le quotidien d’Emma, une femme brisée par ce tueur appelé le Coiffeur. Et si Emma nous apparaît immédiatement sympathique, on ne peut s’empêcher de douter, car plusieurs éléments ne correspondent pas ; le Coiffeur tue ses victimes, sans les violer. Et que dire de la chambre 1904 de l’hôtel, dans laquelle Emma assure avoir passé la nuit mais qui n’existe pas…

Alors si Emma attire notre empathie face à la terrible épreuve qu’elle traverse, peu à peu, le doute s’insinue ; n’est-elle pas complètement folle ? Complètement parano ? Et l’auteur s’amuse, comme toujours, avec nos doutes, nos suppositions, et vient semer le trouble dans notre esprit. Et en fait, tout commence avec ce fameux colis qu’elle reçoit… A partir de cet instant, le rythme est particulier ; à la fois saccadé, à la fois lent, les rebondissements peuplent la lecture et nous enferment dans un huis-clos oppressant, angoissant, qu’on ne peut pourtant pas lâcher avant de découvrir la vérité. Et quelle vérité !

Comme à son habitude, Sebastian Fitzek nous éblouit par sa maîtrise parfaite du thriller psychologique. Et je vous garantis que vous n’observerez plus les colis que vous recevrez comme avant … !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s