Ceux que nous avons abandonnés, Stuart Neville, Editions Rivages noir

Ciaran et Thomas sont deux frères placés en famille d’accueil. Il y a 7 ans, ils ont été retrouvés couverts du sang de leur père d’accueil, assassiné. Ciaran, 12 ans, a avoué le meurtre et tous deux ont été condamnés.

A maintenant 19 ans, Ciaran sort de prison et découvre le monde qui a évolué, et retrouve aussi son grand frère Thomas, libéré deux ans avant lui. Trouver un travail, vivre en foyer, sociabiliser,… Ciaran semble être totalement perdu et sous l’emprise de son frère.

Paula, son officier de probation, tient à l’avoir à l’oeil. Car si Ciaran a avoué, Paula a néanmoins des doutes sur la version de l’histoire. Elle décide de se confier à Serena Flanagan, qui avait à l’époque enquêté sur le meurtre et recueilli la déposition du garçon. Les deux femmes décident officieusement de poursuivre leur propre enquête. Et lorsque des drames interviennent, impliquant des protagonistes de cette affaire, les deux femmes savent qu’elles ont ouvert la porte au passé sombre des jeunes garçons, et que rien ne pourra l’arrêter de déferler, rien, sauf la vérité…

Voici un brillant roman noir qui ne vous laissera pas indifférent. Il provoquera chez vous une foule d’émotions, déstabilisantes, bien souvent contradictoires, que vous aurez parfois du mal à identifier.

Tendresse d’abord pour ces deux jeunes garçons qui n’ont pas eu une vie facile, et notamment Ciaran qu’on a envie de consoler, d’aider, jusqu ‘à ce que le côté sombre de sa personnalité se manifeste, nous repoussant immédiatement. Pour Thomas, l’avis est plus tranché, on perçoit très vite ce côté dominateur très désagréable, voire malsain qui se dégage de sa personne.

Admiration pour ces deux femmes que sont Serena et Paula, face au courage et à la détermination dont elles font preuve pour faire ressortir la vérité. Mais là aussi, sentiment contradictoire car il y ce petit côté malsain de Serena qui se fait entrevoir, mettant le lecteur quelque peu mal à l’aise face au dégoût que l’on ressent.

C’est un roman noir qui se veut très psychologique, entrainant le lecteur dans une foule d’émotions complexes que manie l’auteur à la perfection, à la recherche de la vérité.

Publicités

3 réflexions sur “Ceux que nous avons abandonnés, Stuart Neville, Editions Rivages noir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s