Même si le soleil se cache, Anne de Bourbon-Siciles, Editions de l’Archipel

Émilie a 18 ans lorsqu’elle rencontre Eric en Martinique. Elle est en séjour en centre de vacances, un voyage offert par ses parents pour son bac. Il est animateur, drôle et charmant. Cet amour de vacances débouche sur une relation sérieuse et passionnée lorsque Eric revient en France, au grand désespoir de ses parents qui souhaitaient mieux pour leur fille. Très vite, le jeune couple s’installe et de leur union naît Alice, un joli bébé.

Un jour Émilie découvre des marques sur le corps de sa fille. Elle l’emmène chez le médecin qui prescrit une série d’examens. Mais rien d’anormal n’est détecté et les marques recommencent. Dès lors, la suspicion des médecins, des infirmières, devient insupportable pour Émilie. Car ils sous-entendent qu’elle maltraite sa fille, ou qu’elle pourrait être atteinte du syndrome de Münchausen par procuration. Est-il possible que Émilie fasse subir ses sévices à son enfant ?

S’ensuivent la plainte déposée par les médecins, les visites encadrées à sa fille, le procès, la condamnation. La machine judiciaire est en marche, et ce jeune couple qui avait tout pour être heureux connaît la descente aux enfers. Le regard des autres, leur regard l’un sur l’autre, les doutes qui s’installent, et surtout ce secret de famille, ce traumatisme que Émilie avait enfoui et qui revient la hanter.

Connaissez-vous le syndrome de Münchausen ? Ce syndrome qui consiste à vouloir être au centre de l’attention et être prêt à tout pour attirer les regards et la compassion. Même à faire subir des sévices à son propre enfant, et ne pas s’en souvenir… C’est ce dont est accusée Émilie, et pour être honnête, on ne sait plus qui croire au bout d’un moment… La mère dévouée et inquiète est-elle capable de martyriser son bébé ? Non, me direz-vous, mais les preuves sont là, et tout au long de la lecture, l’auteure sème le doute dans notre esprit.

Elle fait un vivre un véritable enfer à son personnage, (ainsi qu’à son lecteur!), en faisant d’Émilie un pion au milieu de toute cette machine judiciaire et médicale. D’ailleurs, l’aspect médical est bien développé et nous en apprenons beaucoup, sans que cela soit lourd pour autant.

C’est un récit bouleversant. Il renvoie aux blessures de l’enfance, aux conséquences qu’elles peuvent avoir sur la vie d’adulte.Il renvoie à cet amour maternel incroyable, qui peut parfois pousser au pire. Ce lien incroyable, important, entre mère et fille, qui se tisse dès le plus jeune âge.

Un roman très humain, authentique et bouleversant, que je ne peux que vous conseiller de découvrir !

Publicités

2 réflexions sur “Même si le soleil se cache, Anne de Bourbon-Siciles, Editions de l’Archipel

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s