Engloutie, Arno Strobel, Editions de l’Archipel

Julia et Michael vont passer leurs vacances sur une petite île tranquille de la mer du Nord. Avec eux, Martina et Andreas, un collègue de Michael qui possède une maison de vacances au bord de mer. Les deux couples ne se connaissent pas vraiment, et les tensions entre Martina et Andreas mettent Julia et Michael mal à l’aise.

Quelques jours après leur arrivée, un crime horrible est commis. Un couple de touristes a été enlevé, amené sur la plage. La femme a été enterrée dans le sable, seule la tête dépassant. L’homme attaché, à quelques mètres de là, a assisté, impuissant, à la mort de sa femme lorsque la marée est montée.

La panique gagne les deux couples, d’autant plus lorsqu’un second couple est retrouvé sur la plage. Une succession d’indices entraîne la police – dépassée par les évènements , à suspecter Michael, qui se retrouve complètement désemparé. Car le tueur est intelligent et organisé, et doté d’un égo surdimensionné. Julia, Martina, Andreas et Michael ne s’attendaient pas à ce que leurs vacances au calme tournent à un tel cauchemar, car celui-ci ne fait que commencer…

Si vous passez actuellement vos vacances en bord de mer, peut-être devriez-vous attendre votre retour pour vous plonger dans ce roman… Car vous ne regarderez plus la plage de la même façon je vous l’assure ! J’avais déjà apprécié l’écriture franche et particulière d’Arno Strobel dans ses précédents romans, mais j’avoue que là, il se surpasse !

Tour à tour, différents personnages prennent la parole. Julia, Michael, la police, le tueur. Des points de vue différents sur la situation, des ressentis différents qui sèment le doute dans notre esprit. Car finalement, pour une petite île tranquille, ses habitants ne semblent pas tous bien sains d’esprit et possèdent bien des raisons de s’en prendre à des couples… L’auteur manie le récit à la perfection, instaure des doutes et des questions dans notre esprit, si bien que l’identité du tueur nous échappe tout au long de la lecture.

L’histoire est riche en rebondissements, jusqu’à la dernière page. L’écriture est parfaite, suffisamment intense pour nous clouer au canapé, et glaçante dans ses descriptions, qui vous feront dresser les cheveux sur la tête. Préparez-vous à frissonner !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s