Jolis jolis monstres, Julien Dufresne-Lamy, Editions Belfond

New-York, peu avant le début des années Sida. James est une drag-queen, plus connue sous son nom de scène, Lady Prudence. Débordante de féminité, à l’aise dans ses déguisements, James fait fureur dans les cabarets, devenant l’une des drag-queens de New-York les plus connues, côtoyant les plus grandes stars. Une vie bien remplie, un quotidien de paillettes, de fêtes et d’amis. Puis le Sida est découvert, emportant peu à peu, les uns après les autres, des nombreux amis et connaissances de James, qui, lassé de cette vie de folie, préfère s’exiler à la campagne.

Quelques dizaines d’années plus tard, de retour à New-York, James rencontre Victor, un jeune papa qui vient de découvrir le monde des drag-queens. Un univers qui l’attire, pour qui il a quitté femme et enfant pour se donner une chance, pour montrer au monde son talent d’humoriste. Mais il n’ose pas se lancer, la honte et la peur le bloquant. James va le conseiller, l’aider, et petit à petit retrouver cet univers qui a tant évolué.

Quand on plonge dans ce roman, ce sont automatiquement quelques clichés qui accompagnent la lecture ; des images du film Chouchou avec Gad Elmaleh, ou encore plus récemment du superbe film Bohemian Rhapsody. Chassez ces images car rien n’est plus authentique que l’écriture très visuelle de Julien Dufresne-Lamy. Si les deux personnages principaux sont fictifs, les autres ont réellement existé. Un parfait mélange entre réel et fiction, au plus près du vécu des personnages secondaires, dans une ambiance si bien retranscrite que l’on s’y croirait.

Les détails sont fascinants, les personnages vraiment touchants et rendent l’histoire captivante. On ne peut s’empêcher d’être bouleverser par les vies incroyables des drag-queens. Ils –Elles ? – l’auteur crée une confusion des genres, rappelant que peu importe le sexe, l’identité, ce sont avant tout des individus, des êtres humains, au même titre que vous et moi. Dans une Amérique peu ouverte, plutôt réfractaire à la différence, on ressent vraiment une différence entre les deux personnages, entre les deux époques, une évolution dans les mentalités.

C’est un roman qui m’a vraiment touché, d’autant plus lorsque j’ai découvert à la fin les quelques photos d’archives des personnages secondaires, qui les rendent d’autant plus réels. Un roman émouvant, qui est une ode à la différence, à la tolérance, à la beauté de l’humain. – sous toutes ses formes, sous toutes ses identités.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s