Le plus fou des deux, Sophie Bassignac, Editions JC Lattès

Lucie Paugham est une célèbre marionnettiste, maman de deux enfants. Elle crée de véritables merveilles avec ses spectacles de marionnettes pour adultes, et s’épanouit dans son métier même s’il lui demande beaucoup de temps. Le soir du réveillon, elle rencontre Alexandre Lanier, un homme qui veut se suicider et la met au défi de tenter de l’en empêcher. Trente ans plus tôt, Lucie a entendu exactement la même phrase de la bouche de son père.

Bouleversée, mais aussi sous le charme de la voix d’Alexandre, Lucie lui propose de travailler pour elle, de l’accompagner sur scène en tournée, et de poser sa voix sur ses spectacles. Alexandre accepte. Mais gagne-t-elle vraiment à faire entrer un inconnu dans sa vie ? Un inconnu qui présente des personnalités différentes en fonction des gens avec qui il se trouve, un inconnu dont tout le monde lui conseille de se méfier…

A juste titre. Car l’inconnu pourrait bien détruire la carrière que Lucie a mis des années à se construire.

C’est un roman bien sombre que nous offre l’auteure, avec des thématiques tout aussi sombres au coeur de l’histoire. Vengeance, trahison, humiliation, le personnage de Lucie va se retrouver bien malmené. Adulte brisée par un traumatisme d’enfance dont elle n’a pas guéri, son personnage pourrait être attachant s’il n’était pas aussi froid et difficile à cerner. Tout autant qu’Alexandre d’ailleurs ! C’est à se demander lequel est le plus fou des deux

Ces deux personnages sont glacials, dénués d’émotions, ce qui rend pas le roman inintéressant, mais au contraire, captive le lecteur. Car s’engage entre les deux un « combat » psychologique, où la compréhension doit aller au-delà du désir de vengeance, où la rancune doit laisser place au courage. Deux personnages très intéressants du point de vue psychologique, qui créent une ambiance de malaise dans la lecture, quelque chose de dérangeant sur lequel on n’arrive pas à mettre le doigt.

L’auteure, en mettant en scène une marionnettiste, nous entraine à la découverte de ce métier un peu oublié, mais fascinant. Coulisses, mise en place, mise en scène, écriture, le quotidien de marionnettiste se mêle habilement à la lecture.

Un roman noir que j’ai trouvé plutôt atypique, mais qui ne m’a pas déplu, le suspense présent empêchant de s’ennuyer ne serait-ce qu’un instant. Et puis ce malaise qui ne nous quitte pas sait lui aussi nous tenir en haleine, tout comme les deux personnages s’affrontant entre eux, mais aussi contre eux-mêmes. Une belle découverte de cette rentrée.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s