« U4 – Koridwen » par Yves Grevet (PKJ) * jeux de miroirs

Elle s’appelle Koridwen et elle est la seule survivante de son village en Bretagne. Tout comme des milliers d’ados en France, elle a survécu à un virus qui a tué la plupart de la population, épargnant pour une raison inexpliqué la majorité d’une génération désormais livrée à elle-même. Et parce que l’une des dernières informations qu’elle a reçu du monde via les réseaux de communication maintenant hors service est qu’un point de ralliement a été établi à Paris pour les survivants, elle décide de prendre la route. S’engage alors pour elle un périple au cours duquel elle va découvrir ce que la désolation laisse derrière elle : des militaires miraculeusement vivants mais qui terrorisent, parquent, effraient ; des jeunes gens qui perdent le sens de la mesure et se livrent à des exactions inédites ; des tombes, partout, pour ensevelir les parents, voisons, proches décédés inexpliquablement. Pour la jeune fille comme pour tant d’autres, le temps est venu de devenir adulte et d’endosser des responsabilités : protéger, secourir, tuer pour se défendre, voler, se cacher… aimer.  Koridwen ne reculera devant rien pour tenter sa chance et l’impossible : remonter le temps pour anticiper le fléau.

Pour elle comme pour les survivants, le schéma de valeurs qui les avait tenu debout jusque là ne leur est plus d’aucun secours, les codes qui régissaient le monde ont volé en éclat : la violence est devenue la règle, l’amitié et la loyauté ont plus d’importance que jamais, l’amour est fulgurant, la haine immédiate. Le monde s’est inversé et Koridwen en est persuadée : elle peut faire en sorte que tout redevienne comme avant, elle a en elle la magie et la force nécessaire.

En plus d’être un thriller d’anticipation remarquablement construit, ce roman propose la particularité de faire se mêler les parcours de 4 ados au sein d’une même intrigue, chacun d’entre eux écrit par un auteur différent. Ici, c’est Yves Grevet qui nous raconte l’histoire de cette jeune fille qui devient adulte trop tôt – au fil des rencontres qu’il lui propose, elle croise Jules, Stéphane et Yannis dont les histoires seront mises respectivement en page par Carole Trebor, Vincent Villeminot et Florence Hinckel. Même fils conducteurs, même objectif, même environnement… Mais des ados différents, des réactions différentes, des itinéraires différents. Et 4 romans parfaitement aboutis que nous vous conseillons évidemment, vous l’aurez compris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s