Le parfum des citronniers, Cristina Campos, Editions Charleston

Majorque, 2010.

Anna et Marina ne se sont pas revues depuis un différent les ayant opposées, quatorze ans auparavant. Mais ces deux sœurs viennent d’hériter d’un moulin, d’une maison et d’une boulangerie de la part d’une inconnue et vont être amenées à se revoir.

Tout oppose les deux sœurs. Anna, l’aînée, n’a jamais quitté son île, habite la maison de ses parents décédés avec son mari et sa fille adolescente, et baigne dans le luxe que lui procure son mari qu’elle n’aime plus. Marina a quitté Majorque très jeune, d’abord pour les Etats-Unis où elle s’est lancée dans la médecine, puis à travers le monde où elle est devenue chef de mission pour Médecins sans frontières, avec pour seule famille Mathias, son collègue et amant de dix ans son cadet.

Marina quitte donc l’Ethiopie pour rejoindre Majorque, signer la vente de ce moulin et pouvoir repartir à sa mission. Mais sur l’île, la curiosité est la plus forte : elle souhaite savoir qui est cette mystérieuse inconnue qui leur a légué sa vie. Elle s’installe donc là-bas, réouvre la petite boulangerie, rencontre les amis de sa mystérieuse donatrice, et surtout va passer plus de temps avec sa sœur et rattraper ainsi le temps perdu. Car Anna n’en a malheureusement plus beaucoup devant elle…

C’est le second roman des éditions Charleston se déroulant à Majorque que je lis, et pour la deuxième fois, j’éprouve l’envie de visiter cet endroit…Pour découvrir ces petits villages si particuliers que nous décrit Cristina Campos. Et quelles descriptions ! Si réelles que l’on s’y croirait, si vivantes qu’il nous semble sentir l’odeur de ce cake au citron et apercevoir les champs de coquelicots !

Les descriptions sont aussi authentiques que les personnages. C’est une famille comme on les aime que l’on découvre, un peu écorchée, aux secrets qui n’attendent que d’êtres révélés. J’ai vraiment adoré le personnage de Marina, et si j’ai eu un peu plus de mal avec celui d’Anna au début, elle m’est peu à peu apparue de plus en plus sympatique. Et que dire de ces villageois au caractère fort, si typiquement ancrés dans le décor ?

Tout s’enchaine à la perfection ; rebondissements, secrets, passé, présent,… le tout avec émotion, sensibilité, amour, amitié et tendresse. Un roman riche, complet, bouleversant, agrémenté de recettes savoureuses à tester, que j’ai refermé avec l’impression de laisser partir ma famille. Une très belle histoire qui égayera ces jours de confinement avec certitude !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s