La femme au manteau violet, Clarisse Sabard, Editions Charleston

 

Jo est une jeune thanatopractrice , joyeuse et pleine de vie. Mais lorsqu’elle est victime d’un accident, les médecins découvrent qu’elle risque la rupture d’anévrisme, et que l’opération, délicate, pourrait lui coûter la vie, sa bonne humeur s’envole. Effrayée par la mort et par les sentiments amoureux qu’elle développe pour son meilleur ami, Jo s’enfuit chez son grand-père.

Celui-ci va lui faire part d’un cadeau reçu il y a quinze ans ; un pendentif accompagné de ce mot « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit. » Pas une Charlotte ou un Gabriel ne fait partie de la famille, du moins, pas à la connaissance de Jo. Déterminée à aider son grand-père à percer ce secret ( et ainsi oublier pour un temps ces problèmes), elle commence ses recherches à l’adresse d’où provient le bijou ; en Angleterre.

89 ans plus tôt, en 1929, Charlotte suit son mari à New York pour un voyage d’affaires. Alors que celui-ci l’empêche de sortir pendant ses réunions d’affaires, Charlotte va le faire et vivre une romance avec le beau Ryan, qui l’a complètement chamboulée. Mais son mari découvre son écart. Il va la frapper et la laisser pour morte dans la chambre d’hôtel. Le lendemain, Charlotte se rend compte qu’il est reparti en France avec toutes leurs affaires. Charlotte n’a plus rien pour lui permettre de repartir et retrouver leur fils, âgé de quelques mois, Gabriel.

J’attendais avec beaucoup d’impatience ce nouveau roman de Clarisse Sabard, et je ne suis pas déçue. C’est à nouveau une belle histoire de secrets de famille qu’elle nous offre, domaine dans lequel elle excelle. Alternance de passages actuels avec l’histoire de Jo et de passages où elle nous emmène loin en arrière, avec le destin de Charlotte.

Et c’est dans le New York dans années 20-30 qu’a choisi de nous faire voyager l’auteure. Un New York bien différent de celui qu’on connaît, dans une Amérique où le trafic d’alcool et la mafia s’installent, où les noirs sont mal considérés. Une ambiance décrite magnifiquement par l’auteure. Au delà du Pacifique, c’est en Vendée qu’elle poursuit son voyage avant de nous embarquer dans la campagne anglaise.

Et si les destinations changent au fil des romans, sa plume reste la même ; empreinte de douceur et de tendresse, avec des personnages que l’on prend plaisir à côtoyer. La jeune Jo est passionnante, entre ses doutes amoureux et sa peur de mourir. Victor, son grand-père, est le grand-père dont tout le monde rêve ; doux, gentil, réconfortant. Et que dire de cette formidable Charlotte, cette femme admirable et forte, qui, malgré les coups durs de la vie, n’a jamais lâché.

Et c’est cette leçon que nous transmet l’auteure. Affronter les obstacles de la vie avec force et courage, trouver la force de se relever lorsqu’on est au plus bas. De belles leçons de vie, des personnages attachants, un secret de famille, de l’amour, de belles amitiés, de la tendresse.. ; ce roman est un petit bijou ! Avec une seule réserve ; il était trop court !:)

Une réflexion sur “La femme au manteau violet, Clarisse Sabard, Editions Charleston

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s