La loge noire, Jean-Pierre Croquet, L’Archipel

img_4227

A l’aube de la première guerre mondiale en Angleterre, une série de meurtres terrorise Londres. Jack l’Eventreur serait-il de retour ? Les médias lui ont en tout cas déjà trouvé un surnom ; l’Egorgeur, un macabre surnom dévoilant ce qu’il fait subir à ses victimes. C’est l’inspecteur Adey qui est en charge de l’enquête.

Parallèlement, un ouvrage occulte est activement recherché ;  la Kabbala Denudata, dans son édition originale. Mark Bowen, courtier engagé par une société secrète de mages noirs militants, retrouve sa trace dans la librairie de Geoffrey Bloom. Mais lorsqu’il s’y rend pour acquérir l’ouvrage, il trouve le libraire égorgé, et le livre volé. Paniqué, il s’enfuit, ce qui n’échappe pas à plusieurs témoins. Il devient alors le suspect le plus probable dans l’affaire de l’Egorgeur.

Traqué par la police, Mark Bowen va devoir, pour prouver son innocence, s’associer pour retrouver le véritable meurtrier. Sans compter qu’il n’est pas le seul à vouloir connaitre ce que contient cette mystérieuse édition de la Kabbala DenudataLire la suite

« Ma petite collection : J’habille mes amies – Les Sirènes » (Usborne) * excursion créative

20170225_102001

Je ne sais pas pour vous, mais ici nous entamons notre dernier weekend de vacances, et entre filles ! Alors pour profiter de la belle luminosité offerte par ce soleil d’hiver (faute de chaleur…), nous nous attelons ensemble à une petite séance de création – rien de mieux pour la motricité fine et l’imagination. Et pour cela, je pioche dans mes jolies récentes réceptions des éditions Usborne et propose à ma Mini-Miss deux ouvrages particulièrement bien pensés et adaptés aux plus jeunes.20170225_102011

Première étape : les gommettes (ou stickers comme on dit maintenant !). Avec J’habille mes amies Les Sirènes, nous voici lancées à la fois dans la création de jolies pages colorées où elle doit composer les tableaux en fonction de quelques consignes simples et de son imagination, mais aussi partie à la découverte du monde sous-marin et à la rencontre des étoiles de mer, dauphins, crabes, poissons-clowns ou encore anémones. L’occasion  pour elle de découvrir ce bel univers, et pour moi de dépoussiérer mes connaissances. Si Mini-Miss n’y passe pas encore beaucoup de temps (une quinzine de minutes), c’est suffisant pour qu’elle soir fière d’elle, que je me régale de la regarder s’appliquer et pour proposer à papa en rentrant une composition joliment maladroite mais pleine d’amour. Mission réussie !20170225_10195620170225_102023

Les mots qu’on ne dit pas, Véronique Poulain, le livre de poche

9782253017493-001-t

Un récit témoignage dans lequel l’auteure se lire sans tabou sur ses parents sourds-muets. L’auteure raconte son histoire avec un certain détachement et un humour incroyable, presque un peu choquant par moment.

Son enfance peu évidente, l’écart de « culture scolaire » qui empêche ses parents de l’aider dans ses devoirs. Le silence, toujours, pour seule compagnie dans la maison. La honte parfois, lorsque les regards convergent vers ses parents dès qu’ils essayent de communiquer dans la rue. L’envie de fuir, l’envie d’avoir des parents normaux, les difficultés de communication. Mais plus que tout, l’amour qu’elle leur porte en dépit de toutes ces difficultés quotidiennes. Lire la suite

Et ils oublieront la colère, Elsa Marpeau, Gallimard Série Noire

IMG_3795.JPG

Département de l’Yonne, Bourgogne. A quelques kilomètres de Sens, en 1944, Marianne tente de fuir la foule qui veut la tondre, qui la considère comme une collabo.

Août 2015, un homme est retrouvé mort non loin de sa maison près du lac. Un professeur d’histoire arrivé au début de l’été, passionné par son métier et notamment la seconde guerre mondiale. Garance Calderon, capitaine de police est chargé de l’affaire. Dans une campagne où tout le monde se connait, où les générations restent et se transmettent les maisons, où les chasseurs sont nombreux, le professeur d’histoire venu remuer le passé était un parfait étranger et les suspects sont potentiellement nombreux. Garance, de fil en aiguille, découvre ces recherches, ces découvertes et va faire ressurgir du passé un drame vieux de 70 ans. Lire la suite

Les années du silence Tome3, Entre les bourrasques, Louise Tremblay d’Essiambre, Editions Charleston

entre_les_bourrasques_les_annees_du_silence_3_recto__c1_large

Quel plaisir de retrouver Cécile, Jérome et toute leur petite famille !

Nous reprenons là où nous les avions laissés à la fin du tome 2, où François apprend cette terrible nouvelle qui va bouleverser sa vie. Où Sébastien, son petit protégé, s’installe chez Jérome et Cécile pour sortir de la rue et réapprendre à vivre normalement. Où Marie-Hélène, la femme de François, apprend une merveilleuse nouvelle qui va changer leur vie. Où Cécile et Jérome continuent à vivre pleinement leur amour autour des leurs. Lire la suite

Cabossé de Benoit Philippon ( Série Noire – Gallimard)

Premier roman noir pour Benoit Philippon, à la Série noire!

cvt_cabosse_1335

Prometteur, ou pas? La quatrième de couverture l’est, en effet! Piqué au vif, je me suis laissé aller, bercé par le son de quelques bonnes critiques entendues par monts et par vaux!

Raymond, 42 ans, musclé comme un taureau et affreusement laid de naissance, boxeur raté et homme de main, rencontre, grâce à la magie du net, Guillemette, « luciole » fragile et un poil nymphomane, qui saura lui redonner le goût de la vie et de l’amour, qu’il pensait perdu à jamais…

Mais quand le passé, ou plûtot l’ex de Guillemette, refait surface, la rencontre est forcément inamicale, et Ray, commet l’irréparable…S’en suit une fuite à travers la france, une cavale éperdue ou les deux jeunes tourteraux vont apprendre à se connaitre, à s’aimer, à travers des rencontre et des épreuves qui les marqueront à jamais…

D’entrée le ton est donné, rapide, claquant comme un uppercut, pas de chichis ni temps mort! Ca claque, et ça fait du bien! Benoit Philippon a du être à bonne école, on sent des influences surgir à travers les chapitres, que ce soit littéraires comme « la malédiction du gitan » du grand Harry Crews (également à la Série Noire), ou du cinéma avec « Snatch » de Guy Ritchie. J’ai meme ressenti un petit coté Nadine Monfils, pour l’humour de certains passages, notamment pour certains personnages féminins!

On se laisse emporter par cette improbable road movie, qui nous fait traverser la france plus ou moins profonde, avec sa galerie de gueules cassées! On se prend d’affection pour ces deux zoisiaux, et on se dit que l’amour avec un grand A, c’est surement ça, donner sans chercher à recevoir…

On n’en reprendra Monsieur Philippon, gardez votre plume près de votre main!

The Knick

En tant qu’infirmière, je suis toujours sceptique sur les séries médicales (à bas les clichés sur les infirmières super sexy qui couchent avec tous les médecins super sexys). On m’avait déjà parlé de The Knick, j’ai fais une moue puis suis allée voir le synopsis.

Le staff de l’hôpital Knickerbocker de New York, des chirurgiens aux infirmières, doit repousser les limites de la médecine au début du 20ème siècle, à une époque où le taux de mortalité a soudainement augmenté et où les antibiotiques n’existent pas encore…

Quand on voit l’affiche principale, le ton est donné…Dieu est présent et se prend pour un chirurgien (ou l’inverse ? !). on y voit un Clive Owen métamorphosé mais remplit d’un charisme incroyable et d’une aura débordante.

knickdsf

Sur cette photo, on peut tout voir sur ce qui va se dégager de cette série : il y a le chirurgien chef (qui se prend pour Dieu donc), la pauvre infirmière dont on soupçonne sa considération de l’époque (mais méfiez vous), les assistants du chef et on peut voir aussi le deuxième thème de la série : la lutte contre les préjugés raciaux.

On peut voir au cours des 2 saisons diffusés un choix des acteurs impressionnants, tous ont un jeu parfaits, on est tout de suite plongés dans l’atmosphère lourde, pesante du début du 20ème siècle. Là où tout le monde se bat pour atteindre une certaine classe sociale, on peut vraiment apprécié l’aspect historique de la série que ce soit sur l’ambiance de New York (et ses bas fonds) que sur les débuts de la chirurgie, ses expériences, ses innovations.

recaps-the-knick-02

theknick_operatingtable

2 saisons ont été diffusées et on croise les doigts pour qu’une troisième voit le jour car on a hâte de voir évoluer ces personnages étonnants.

bonnie

« Et le ciel sera bleu » de Tamara McKinley (L’Archipel) * déceptif

 

et-le-ciel-sera-bleu

Ernie Turner est un petit garçon de 5 ans lorsqu’il est sommé de quitter Londres. Nous sommes en 1939 et le gouvernement britannique envoie ses enfants à l’abri, Ernie comme tant d’autres. Mais le cas d’Ernie est pour diverses raisons différentes ; tout d’abord, le petit garçon souffre d’un pied handicapé, résultat d’une polio foudroyante dont il garde ce triste souvenir. C’est pour cela qu’il est accompagné de sa grande sœur, Sally, qui ne devrait pas faire partie des premiers convois étant donné son âge ; mais comment séparer  le petit garçon de celle qui s’occupe de lui au quotidien depuis si longtemps ? D’autant que Sally et Ernie vivent depuis bien longtemps sans leur père, absent pour son travail et retenu depuis l’annonce de la guerre sur un bateau, et sans leur mère, jeune femme instable et irresponsable qui joue les filles de l’air et a même oublié de les accompagner à la gare le jour de leur départ. Une fratrie soudée donc, qui va pouvoir compter sur la formidable famille Reilly, leur famille d’adoption et rapidement bien plus encore, pour affronter les traumatismes d’un conflit qui devient très vite omniprésent dans leur quotidien, mais qui va aussi les aider à se façonner de superbes souvenirs, de ceux que l’on se crée lorsque l’on est jeunes mais déjà conscients que tout peut basculer d’un moment à l’autre.

Dans Et le ciel sera bleu, Tamara McKinley (allias Ellie Dean) réussit parfaitement à nous dépeindre dès les premières pages les premières conséquences de l’entrée de la Grande Bretagne dans la Seconde Guerre mondiale. Traumatisée par le précédent conflit, la population se prépare dès les premiers jours au pire, construisant des abris anti-aériens, cultivant des fruits et des légumes au sein même des villes, constituant des réserves, effaçant le nom des rues (pour déboussoler l’ennemi s’il venait à entrer dans les villes), barricadant les plages pour empêcher tout débarquement ennemi, ou encore envoyant ses jeunes à l’abri, loin des principales villes du pays. On perçoit la ténacité de tout un peuple, résolu à résister et à apporter sa contribution dans la lutte de l’Europe contre les nazis, quitte pour cela à quitter la relative sécurité que lui octroie son statut d’insulaire.  Tout comme Sally et Ernie, dont nous suivons avec plaisir les existences, les britanniques s’adaptent et sont plus solidaires que jamais, donnant toute leur importance à chaque petit moment de bonheur.

Pourtant, je n’irai pas jusqu’à dire que ce roman est une réussite. Je considère en effet comme un énorme bémol la fin de ce roman, qui … ne conclut rien, n’apporte rien. Elle donne presque l’impression que les derniers chapitres ont été arrachés du livre. La façon dont nous quittons les personnages est abrupte et contreproductive, et m’a très clairement laissée sur ma fin…. Presque mise en colère même. La guerre n’est pas finie, les péripéties personnelles des personnages ne sont pas résolues ni en passe de le devenir, il n’y a pas de rebondissement laissant penser qu’un drame pourrait relancer l’intrigue. Le mot fin est donc artificiellement apposé. C’est extrêmement dommage, puisque ce nous lisons nous donne beaucoup d’espoirs sur ce que « la suite » pourrait être. L’auteure nous avait habituées à mieux, j’en ai peur.

Demain n’attend pas, Céline Rouillé, City Editions

IMG_3831

Il y a cinq ans, Sarah quittait toute sa vie parisienne pour ouvrir une maison d’hôtes en Normandie. Tout a très bien marché et elle vit désormais heureuse de ce changement, avec ses deux filles et toujours du monde à la maison. Mais Sarah voit sa vie basculer lorsque l’annonce d’un projet risque de compromettre sa maison d’hôtes.

Pierre travaille dans une résidence médicale de luxe. Employé modèle, son nom est pourtant trainé dans la boue par des collègues et il se retrouve accusé de crimes qu’il n’a pourtant jamais commis.

Ils vont être amenés à se rencontrer, avec une foule de personnages dont la vie est sur un fil, suspendus tels des funambules. Lucille et sa mère alcoolique, Virginie et sa colère, Natalia et ses erreurs… Tous ont en commun cette sensation d’avoir fait quelque chose de mal. Mais tous demandent pardon… Lire la suite