« Une folie passagère » de Nicolas Robin (Anne Carrière) * une comédie romantique aérienne

Faites-vous partie de celles et ceux qui regardent avec des étoiles plein les yeux les hôtesses de l’air et stewards, admirant leur style, leur charme, enviant leur aisance en vol et leur taille de guêpe ? Si tel est le cas, ce roman va vous charmer ! Mieux, il va vous combler. Si ce n’est pas le cas, nul doute que vous ne regarderez jamais plus les équipages des avions que vous emprunterez …

Car Bérengère est un modèle dans le genre, une hôtesse de l’air au style, au chignon et au flegme à toute épreuve. Depuis des années (ou décennies, mais épargnons son amour propre), elle parcourt le monde comme elle en a toujours rêvé, servant, apaisant, consolant des passagers de toutes nationalités et plus ou moins aimables. Bérengère prend son métier très au sérieux ; mieux, c’est pour elle une vocation dont elle a fait le centre de son existence… en fait non, une vocation qui a dévoré toute sa vie. Car a 40 ans, Bérengère est toujours célibataire et n’a pas d’enfant, alors même qu’elle en a toujours rêvé et qu’elle s’évertue à trouver l’homme parfait. Mis à part ce point sensible, la vie de Bérengère est calibrée et réglée comme du papier à musique… jusqu’à une journée de St Valentin particulièrement désastreuse et qui va changer le cours de sa vie au hasard d’un vol dérouté.

Nicolas Robin signe là une comédie à la limite de la caricature, mais qui a le mérite de nous faire passer un très bon moment et sourire – voir rire – de nombreuses fois. Quelque peu naïve et fleur bleue, Bérengère n’en reste pas moins une femme de principe – à laquelle toutes les hôtesses de l’air ne souhaiteraient pas forcément être assimilées cependant -, attachante de maladresse, touchante. Certains rebondissements sont cousus de fils blancs mais qu’importe, le style de Nicolas Robin suffit à nous happer dès les premières pages – les mots et les tournures s’enchainent et se répètent en rythme, nous mettant le sourire aux lèvres et nous rappelant les principaux traits de caractère de notre amie hôtesse. Tout comme la couverture, le texte est acidulé et moderne, l’intrigue haute en couleurs et aérienne – et c’est ce qu’on gardera en tête en refermant cette comédie !

 

Publicités

Te regarder danser, Scarlett Cole, Editions &moi

Après la série Sous ta peau, Scarlett Cole nous fait le plaisir de revenir avec une nouvelle série de romances, Preload. Et pas n’importe quelle série… Vous vous souvenez de Dred ? Le chanteur charismatique du groupe Preload, qui vit le grand amour avec Pixie ? Et bien comme son nom l’indique, Preload va s’intéresser de plus près aux membres du groupe !

Lire la suite

« La fille du square » d’Angela Behelle (Diva Romance) * une romance tendre et douce (et bretonne)

Voici une romance qui me faisait de l’œil depuis quelques temps : non seulement la couverture est très belle (et originale pour les éditions Diva Romance), mais en plus elle est signée Angela Behelle, dont nous avons déjà présenté quelques titres (souvenez-vous, ils sont particulièrement hot). 2 arguments qui l’ont faite passer en priorité sur ma PAL, et je ne peux que m’en féliciter.

Car La fille du square est une romance douce, tendre, qui fait du bien et se démarque justement de ce que nous avions lu d’Angela Behelle. Abi et Erwan, les deux héros, sont tout à la fois des héros de romance conformes aux codes du genre, mais aussi remarquablement humains, familiers, fragiles. Alors oui, rien de destinait le photographe de mode en vogue récemment installé à Paris et la jeune scénariste de série télé retirée du monde depuis un accent de voiture qui l’a marquée dans sa chair. Alors oui, il est beau et multiplie les aventures d’un soir et elle a des boucles (ben oui, les héroïnes de romance ont souvent des chevelures bouclées indisciplinées… ça vous rappelle quelqu’une ? 😊), elle est timide et rougissante, mais ils sont aussi tous les deux prisonniers de l’image que leurs entourages / leur miroir leur renvoient : trop beau pour être romantique, trop complexée pour être désirable. Ils vont se rencontrer, s’apprivoiser et petit à petit s’aimer. C’est convenu, c’est attendu, mais c’est terriblement bien écrit et bien mené, c’est romantique à souhait, c’est touchant et c’est parfois drôle.

Laissez-vous donc tenter par cette belle romance, que vous connaissiez la plume d’Angela Behelle ou non. Nul doute que ce texte vous convaincra que la romance française vaut le détour – et tout particulièrement les textes de cette autrice.

Dark, Sous ta peau tome 4, Scarlett Cole, Editions JC Lattès, collection &moi

J’ai découvert cette série avec le précédent tome et les aventures de Pixie et Dred. Cette fois, nous découvrons l’histoire de Lia, une jeune tatoueuse extravertie, à l’aise dans sa tête et dans son corps. Alors qu’elle se rend à un congrès de tatouages, Lia tombe en panne. Reid, un motard séduisant s’arrête pour l’aider et le courant passe aussitôt entre eux. Mais Lia ne cherche qu’une aventure sans lendemain, après avoir été maintes fois déçue par les hommes. Sauf que Reid n’a aucune intention de laisser filer cette jeune femme dont il a perçu la fragilité derrière son enthousiasme débordant. Lire la suite