Orgueil & Préjugés, Jane Austen, Tibert Editions

Texte intégral illustré par Margaux Matin

Mr. et Mrs. Bennet sont les heureux parents de cinq filles en âge, ou presque, de convoler. L’installation d’un beau et riche jeune homme, parti potentiel, dans la région va entrainer irrémédiablement une chasse au mari…

Nul besoin de résumer l’un des romans les plus connus au monde qui s’offre ici un nouvel écrin. Quand j’ai vu sur Facebook, début juillet, que les éditions Tibert (une jeune maison d’édition, dynamique, installée à Clermont-Ferrand) allait publier un Orgueil & Préjugés illustré par Margaux Motin et qu’une pré-vente était ouverte, je n’ai pas hésité. Plusieurs lots étaient proposés avec différents goodies. J’ai opté pour celui avec le tote bag (j’en ai plein mais je n’y résiste jamais!!!). Finalement, la campagne Ulule a été un véritable succès et, quand j’ai reçu mon paquet fin août, il contenait également des cartes, des marques-pages et un calendrier. Le bonheur…

Comme pour beaucoup, le roman de Jane Austen est depuis très longtemps l’un de mes livres de chevet. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis laissée aspirer par ces lignes, toujours heureuse de retrouver ces personnages chers à mon coeur.

Cette nouvelle édition est une très belle réussite. L’objet-livre est beau. Le format (18×25) est bien choisi, on peut glisser le livre dans son sac (s’il est assez grand) ou le laisser sur une table basse en décoration. Le grain du papier est agréable au toucher et suffisamment épais pour que l’on ne voit pas à travers. Le bord des pages stylisé et en couleurs donne du relief à la tranche. L’impression et la reliure ont été réalisées en France (dans l’Ain), ce qui mérite d’être souligné.

Les dessins de Margaux Motin apporte la touche de modernité et d’humour. La traduction proposée est celle de Jules Castier de 1947. Une note de l’éditeur précise que celle-ci « est proche du texte original et respecte le rythme et la forme de Jane Austen ». J’avoue que je n’aurais pas forcément vu la différence si je ne l’avais pas su, tant j’ai lu de versions différentes, en français ou en vo, mais le plaisir de lecture reste là, intense.

A offrir ou à s’offrir (le prix, 28€ est très raisonnable au vu du travail) !

Maîtresse Jedi

Publicités

La femme qui ment, Hervé Bel, Editions Les Escales

A 43 ans, Sophie mène une vie des plus routinières. Sans enfants, elle part chaque jour en RER pour la Défense, s’enferme dans un building pendant 10h pour faire ce qu’on attend d’elle, le tout avec rapidité et efficacité. Le soir, elle rejoint Alain, son mari, professeur et écrivain à ses heures. Ils n’ont pas d’enfants et cela pèse à Sophie, qui en a toujours rêvé.

Mais à 43 ans, peut-on attendre un miracle de la vie ? Sophie fatigue, s’use au travail, sature. Alors lorsque son supérieur lui reproche son manque d’implication des dernières semaines sur un dossier important, elle ment en avouant être enceinte. Un gros mensonge qui va rendre son quotidien professionnel bien plus supportable : on l’allège des grosses tâches, on lui apporte beaucoup d’attention. Prise dans un engrenage, Sophie décide de mentir également à Alain. Pour le tester sur son envie d’être père ? Pour qu’à force d’y croire, cela arrive vraiment ? Lire la suite

Echange fatal, Siobhan MacDonald, L’Archipel

Echanger sa maison avec des inconnus pour les vacances ; une excellente idée pour voyager à moitié prix. C’est ce que décident de faire Kate et Hazel pour les vacances de la Toussaint.

Kate habite à Limerick en Irlande où elle vit avec son mari Mannix et leurs enfants Fergus et Izzy. Fergus éprouve des difficultés à s’adapterà son environnement et est sans arrêt persécuté par un élève de sa classe. Izzy est une préado rebelle qui ferait tout pour son petit frère et s’oppose sans cesse à ses parents. Quant à Mannix…Kate a l’impression que son couple bat de l’aile. Direction New-York où elle compte bien sur ces vacances pour remettre du baume au cœur à sa famille. Lire la suite

« Le Piège de verre » d’Eric Fouassier (Lattès) * Un auteur à suivre

Aucun texte alternatif disponible.

Souvenez-vous : nous avions adoré Bayard et le crime d’Amboise  d’Eric Fouassier (Le Masque), qui cet été nous avait redonné foi en les romans historiques. Quel ne fut pas notre enthousiasme en recevant également Le Piège de verre, cette fois aux éditions Lattès, et qui met également en scène la courageuse et déterminée Héloïse Sangar, rare femme apothicaire dans la France du début du 16ème siècle. Plusieurs années après ses aventures qui lui avaient permis de rencontrer le chevalier Bayard, ami et bien plus dans le secret de son cœur, elle est de nouveau sollicitée par Anne de Bretagne pour l’aider à résoudre une affaire qui semble menacer la Cour et le Roi. Trois alchimistes à travers le royaume ont été découverts morts dans d’affreuses conditions – des meurtres rapidement qualifiés de diaboliques. Précédée par une réputation de femme intelligente, érudite et déterminée, Héloïse est donc amenée à mener l’enquête avec le fidèle Comballec sur les pas de comploteurs affiliés au Diable et résolus au pire. Persuadée que Bayard l’a oubliée, la jeune femme se jette à cœur perdu dans cette quête qui l’amène à frôler la mort de bien près. Mais que serait sa vie sans son chevalier, parti combattre à l’autre bout de l’Europe.

Une nouvelle fois, nous nous laissons entrainer dans les pas de cette jeune héroïne si belle et si forte, féministe avant l’heure et décidée à mener la vie qu’elle dont elle rêve. Face au danger, elle se dresse courageusement et met sa science et ses connaissances au service de la Reine. D’Orléans à Blois, Comballec – qui a bien du mal à rester insensible au charme de la belle – et Héloïse pourchassent de redoutables ennemis de la monarchie et de Dieu, tentant de contrecarrer leurs démoniaques desseins. Et lorsqu’au fil de ses voyages elle apprend les honorables raisons qui ont conduit le chevalier de son cœur à s’éloigner d’elle, elle entreprend également de le retrouver et de le ramener auprès d’elle. Mais Héloïse parviendra-t-elle à survivre assez longtemps pour savoir si Bayard partage ses sentiments ?

De rebondissements en enlèvement, de mystérieuses énigmes en jeux de pistes savamment enrichis d’obstacles, Eric Fouassier nous livre un roman à suspense parfaitement mené, historiquement remarquable, et passionnant. Et parce que les dernières pages laissent à penser qu’une suite sera donnée à ce texte, nous ne manquerons pas de nous précipiter lorsqu’elle sera disponible.

Rien d’autre que la vie, Claire Casti De Rocco, City Editions

Anna file le parfait amour avec Guillaume depuis presque quinze ans. Déjà maman de deux filles, elle est enceinte d’un petit garçon dont l’accouchement est pour bientôt. Un jour, un étrange appel va la ramener une quinzaine d’années en arrière, au souvenir de Laurent, son amour de jeunesse. Celui-ci vient de mourir d’un long combat contre la maladie, et ses derniers mots ont été pour Anna, bien qu’ils ne se soient pas revus depuis.

Malgré son état et l’inquiétude de son mari, Anna prends le train pour Orléans, pour assister aux funérailles de Laurent, et rencontrer la sœur de ce dernier qui doit lui remettre une lettre que son frère a écrit sur son lit de mort à l’attention d’Anna. Une lettre d’adieu. Une lettre d’amour. Une lettre mystérieuse qui va la plonger dans le passé, lui faire revivre cette époque tellement heureuse de sa vie, mais aussi la faire s’interroger sur la façon dont s’est terminée leur relation. Lire la suite