« Le Parrain et le Rabbin » de Sam Bernett (Cherche Midi) * pour se rappeler qu’en temps de guerre, la nature humaine réserve les pires et les plus belles surprises

Novembre 1943. L’Italie subit le courroux des nazis et à leur tour (Mussolini n’est plus considéré comme un allié par l’Allemagne nazie), les Juifs italiens subissent les rafles, les violences et la peur. Comme partout en Europe, ils se cachent pour tenter de survivre, s’organisent pour sauver ceux qui ont échappé aux déportations. Parmi eux, de nombreux enfants, soudain orphelins et recueillis notamment par les institutions juives, aidés plus ou moins efficacement par les populations locales et les associations internationales qui tentent de leur apporter leur soutien.

Sam Bernett s’est dans ce très beau texte penché sur le cas particulier d’une yeshiva (école juive) de Milan, dont les instituteurs et le directeur, pour échapper à une rafle, entrainèrent dans les montagnes une quinzaine de jeunes garçons. Alerté par les habitants, les membres du Rescue Committee de New York mirent alors tout en place pour sauver les fuyards – quitte pour cela à mobiliser un réseau inattendu : la Mafia italienne de New York.

Ce sont cette histoire et cette rencontre que nous conte ici l’auteur : la fuite, l’impuissance, la peur, et la conviction que des vies humaines, parfois, valent une entorse aux valeurs que l’on enseigne et prône. Parce qu’à ce moment-là seul un réseau si solide et efficace que celui de la Mafia italienne new yorkaise pouvait venir en aide à une vingtaine de Juifs perdus dans les montagnes enneigées d’Europe, le Rabbin se résolut à les solliciter, et constata alors que même les pires truands, face à l’urgence de la Guerre et de la vie, pouvaient faire preuve d’humanité. La leçon est belle, salutaire même – se souvenir que rien n’est jamais tout noir ou tout blanc, entièrement bon ou totalement noir, et que face aux circonstances, l’Homme peut faire preuve du pire comme du meilleur.

Au-delà du roman, bien mené, c’est surtout l’épisode historique qui est passionnant, et une nouvelle fois, nous ne pouvons que remercier la littérature de nous faire découvrir (ou re-découvrir) des « anecdotes » historiques méconnues, essentielles pour la mémoire commune et ô combien instructive sur la nature humaine.

 

* Calendrier de l’avent * Se soigner sans médicaments de A à Z, Cherche midi

9782749133904

L’hiver s’installe, c’est la période idéale pour offrir ce livre ! Grippe, toux, maux de gorge… Vous en avez marre de foncer à la pharmacie ou chez le médecin à chaque fois ? Ce livre va vous apporter des solutions naturelles à base d’huiles essentielles et de plantes aussi efficaces et même plus que les médicaments ! Lire la suite

Orfeo, Richard Powers, Cherche midi

9782749133652

« Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, un compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l’entendre à propos d’une infection bactériologique suspecte dans un hôpital voisin. Bien qu’il n’ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. Et la rumeur commence à enfler, relayée par Internet et les médias, on le soupçonne d’être un terroriste. En quelques jours, sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art, qu’une existence trop tranquille avait émoussé. » Lire la suite

La Parenthèse Incandescente, Robin Rinaldi, Cherche-Midi

9782749139937

Avoir une année entière pour réaliser tous ses fantasmes, le rêve non ? Et Robin, le personnage central de ce roman, va en profiter un maximum…

A 42 ans, Robin est une femme accomplie dans son travail de journaliste, elle possède une maison avec son mari Scott avec qui elle est mariée depuis 17 ans, et peut s’enorgueillir de s’être relevée d’une longue dépression. Mais une chose manque à son bonheur ; un enfant.

Mais Scott n’en veux pas. Robin l’accepte, mais la vasectomie de son mari devient le déclic ; elle ne veut rien regretter. D’un commun accord, mais sous l’insistance de Robin, ils vont vivre pendant un an une union libre. Pas de relation longue, pas de rapports non protégés, pas d’attachement, pas d’amour, telles sont les règles. Car si Robin accepte de renoncer à son vœu le plus cher, elle souhaite en contrepartie découvrir d’autres expériences sexuelles. Lire la suite

Amélia, Kimberly Mc Kreight, Cherche-midi

9782749139920

Ces derniers temps, j’ai apprécié beaucoup de romans, enchainant les avis dithyrambiques. Mais là… Rien de comparable. Ce premier roman de Kimberly Mc Kreight est un chef d’œuvre. Un vrai. L’un de celui qu’on n’oubliera jamais.

New-York. Kate est mère célibataire, elle vit avec sa fille Amélia, une ado de 15ans. Malgré sa brillante carrière d’avocate et son emploi du temps surchargé, elle a réussi à élever sa fille d’une manière remarquable : Amélia est bonne élève, assidue, polie et une ado responsable sur qui on peut compter, qui passe son temps libre entre lecture, hockey et associations caritatives.

Un jour Kate est appelée en urgence par l’école. Lorsqu’elle arrive sur place, il est trop tard. Amélia a sauté du toit. Lire la suite

Un doux pardon, Lori Nelson Spielman, Cherche midi

« J’ai toujours envisagé la vie comme une pièce sombre et caverneuse emplie de bougies. Quand on naît, la moitié des bougies est allumée. A chacune de nos bonnes actions, une nouvelle flamme jaillit et crée une lumière supplémentaire.
Mais tout au long de notre chemin, des flammes sont éteintes par notre égoïsme et notre cruauté.
Au final, nous pouvons simplement espérer avoir créé plus de lumière que d’obscurité en ce monde. »

Lire la suite

Partir, Tina Seskis, Cherche-midi

Partir. Tout quitter. Famille, amis. Se forger une nouvelle identité, tout recommencer. S’offrir un nouveau départ. Qui n’a jamais ne serait-ce qu’été effleuré par l’idée ?

Emily Coleman l’a fait. Derrière elle, sa petite maison, son mari aimant, son fils. Ne pas se retourner, ne pas regretter.

Elle arrive à Londres, dégote une colocation dans une maison sale et miteuse, et se met en quête d’un emploi. De nouveaux amis, des sorties, désormais sous l’identité de Catherine Brown, Emily se réinvente une nouvelle vie. Mais elle va vite se rendre compte que peut importe l’endroit où l’on aille, peut importe ce que l’on fait, le passé nous rattrape toujours…

Qu’est-ce qui a pu pousser cette femme à fuir la vie de rêve qu’elle menait ? C’est la question que le lecteur se pose durant tout le livre, pour ne découvrir la réponse que dans les dernières pages. L’intrigue est tellement bien ficelée, que pas à un seul instant il n’est possible de comprendre le pourquoi du comment.

L’auteure a énormément investi dans le personnage d’Emily/Catherine, alternant passé et présent, mêlant la vie passée et rêvée d’Emily avec les déboires actuels de Catherine. De temps à autres d’autres personnages prennent la parole, permettant de compléter le contexte ; son mari Ben, sa sœur, ses parents. Des personnages aussi vrais que nature, très touchants. Tout est décrit avec une telle sensibilité et une authenticité à couper le souffle. Les addictions, les problèmes familiaux, la perte d’un être cher, la difficulté de refaire sa vie, d’oublier le passé.

L’auteure nous fait comprendre à travers le personnage d’Emily que les événements font partie de notre vie, et qu’il est difficile de tout quitter et tout oublier. Malgré la volonté, la moindre situation peut faire ressurgir tout ce que l’on a tenté d’enfouir profondément, les conséquences n’en étant que plus terribles. Le mieux est encore de l’accepter et de tenter d’avancer, malgré tout.

Des vies compliquées, des familles brisées, Tina Seskis exploite des événements bouleversants de la vie avec une apparente simplicité, dans ce roman aussi poignant qu’attendrissant, au suspense considérablement marqué.
Un premier roman superbement réussi pour cette auteure, qui l’a écrit pour sa maman, atteinte d’une maladie, espérant la divertir avant sa mort.

Coup de cœur !

kitty

« La dernière réunion des filles de la station-service » de Fannie Flagg (Cherche midi) – le préféré de Sweetie!

Sookie vient de marier ses trois filles en moins de deux ans, et ne désire rien tant que se reposer. Il n’y a pas à dire : gérer ces cérémonies à répétition l’a épuisée (après tout, n’est-ce pas à la mère de la mariée de tout prendre en charge dans l’organisation ? Et qu’importe si les mariées en question sont compliquées, exigeantes, exubérantes, … ?). Elle espère donc que concernant son fils, la famille de sa future bru (si tant est qu’il trouve chaussure à son pied !) sera à la hauteur pour qu’elle puisse, enfin, profiter dignement du mariage de l’un de ses enfants. En attendant, sa préoccupation première est de gérer sa mère, Lénore, une vieille dame de presque 90 ans et qui terrifie sa fille, sa famille et toute la communauté de Point Clear, Alabama, par son caractère et ses mots acerbes – bon, elle cherche aussi désespérément une solution pour que les geais bleus arrêtent de monopoliser les mangeoires qu’elle a installées dans son jardin aux dépens des oiseaux plus petits. A presque 60 ans, Sookie est résolue à enfin s’accorder une pause (un voyage avec son mari dont elle est encore éperdument amoureuse peut-être ?). Pourtant, alors qu’elle cherche cette fameuse solution pour que les mésanges à têtes noires puissent se nourrir sans risquer d’être embêtées par les gros oiseaux, un coup de fil va bouleverser sa vie bien rangée et lui donner l’occasion (bien qu’elle s’en serait alors bien passée) d’en dresser le bilan.

Elle qui a toujours cherché avec passion et obstination à rendre sa mère fière d’elle, à maintenant la réputation de la famille Simmons (ô combien chère au cœur de Lénore) et à tenir avec application ses rôles de mère, d’épouse et de femme au foyer va alors devoir remettre en cause les fondements même de sa vie. Mais loin de se démoraliser, elle s’entoure de ceux qui l’aiment et prend son courage à deux mains pour affronter une prise de conscience qui aurait pu abattre toute autre femme. Déterminée à avancer coute que coute et à découvrir ce que cette nouvelle (non mais quand même, quelle idée a eu cet homme de la contacter pour s’assurer qu’elle recevrait bien ce courrier recommandé qui a tout bouleversé) peut avoir comme conséquences sur sa vie de femme mûre, elle se lance dans des recherches et des démarches dont elle ne se serait jamais cru capable, se délivrant des carcans de l’ancienne Sookie et s’écoutant pour la première fois depuis… toujours ? Comme quoi il n’est jamais trop tard pour se faire confiance et accorder de l’importance à ses instincts, à ses désirs, à ses aspirations.

Comme elle nous l’avait déjà démontré dans Les Beignets de tomates vertes et Miss Alabama et ses petits secrets, Fannie Flagg redéploie tout son talent de la narration de destinées chamboulées et sublimées par des histoires de femmes hors du commun. Dans le cas de La dernière réunion des filles de la station-service, elle mêle petites histoires et Histoire américaine pour nous dépeindre, un chapitre sur deux, la vie de la famille Jurdabralinski, descendants d’immigrés polonais à laquelle Sookie se retrouve liée d’une bien étrange et insoupçonnée façon. La plongée dans la vie de cette fratrie, composée de quatre sœurs et d’un frère étroitement liés mais extrêmement différents, est comme beaucoup d’autres familles américaines bouleversées par la Seconde Guerre mondiale, et plus tard par l’entrée dans le conflit des Etats-Unis. Fritzi, jeune femme indépendante et au caractère bien trempé, est voltigeuse aérienne… plus par amour d’un homme au départ, mais bientôt par passion pour l’aviation et des avions. Mais lorsque le conflit s’amplifie, que leur père rencontre des problèmes de santé qui l’obligent à s’éloigner, que le seul frère s’engage et part en Europe, les quatre filles reprennent la gestion de la station-service familiale, la rendant célèbre dans toute la  région : pensez, quatre belles et dynamiques jeunes femmes sur des patins à roulettes qui font le plein des voitures de ces messieurs, les nettoient, les chouchoutent, les réparent, … alors même que souffle un vent de libération des femmes sur tout le pays. Parfaites illustrations de cette période qui changea profondément la société américaine, Fannie Flagg réinvestit par le biais de ces quatre sœurs également un fait historique et militaire méconnu : l’engagement de femmes courageuses et patriotes dans les premiers corps d’armée aérienne féminins. Méprisées par les militaires hommes, adulées par l’opinion publique, ces femmes représentaient pendant la période de guerre des héroïnes qui furent sans pitié renvoyées dans leurs foyers dès que les besoin de l’armée eurent disparus, et qui durent, au moins pour certaines, retrouver des positions subalternes. Cette découverte des ces unités est tout bonnement passionnante et complète parfaitement les deux intrigues fictives et subjectives que Fannie Flagg fait par ailleurs se croiser.

Vous l’aurez compris, ce roman est tout bonnement passionnant et, pour moi, tire son épingle du jeu par rapport aux deux précédents par son intrusion dans l’Histoire américaine. Elle lui apporte une dimension supplémentaire et une profondeur qui fait toute la différence et fait incontestablement de La dernière réunion des filles de la station-service le roman de Fannie Flagg que j’ai le plus apprécié.

Elizabeth L. Gardner, au pilotage d'un Martin B-26 Marauder.

Elizabeth L. Gardner, au pilotage d’un Martin B-26 Marauder.

La prophétie des templiers, Mario Reading, Cherche midi

1190. Le Saint Empire romain germanique voit son empereur mourir. Johannes Von Hartelius, un templier présent lors de sa mort récupère la Sainte-Lance, celle qui perça le flanc du Christ. Il en hérite la garde, lui et ses futurs descendants.

1945. Hitler, peu avant son suicide transmet des documents mystérieux et secrets ainsi que la Sainte-Lance à un homme chargé de les amener en Bavière.

2012. Rentrant de Syrie après un reportage, le journaliste John Hart reçoit un appel de son père, qu’il n’a pas revu depuis36 ans, l’invitant à le rejoindre au Guatemala. A son arrivée, il découvre le corps de son père cloué au mur de son bureau, tel le Christ sur sa croix. Trois jours plus tard, sa maitresse est exécutée elle aussi, après avoir dévoilé à John Hart ce qu’il ignorait sur son père. Dont de précieuses informations sur ses origines.

Déterminé à retrouver les assassins de son père, le reporter part en Bavière sur les traces de la Sainte-Lance, liée à ses origines. Il va se retrouver sur les traces du parti d’extrême droite allemand avec à sa tête la ravissante Elfriede Rache.

John Hart va devoir garder la tête froide pour percer à jour le secret de la Sainte Lance et de ses ancêtres…

L’auteur, expert en livres anciens et globetrotteur nous gratifie une fois de plus de ces grandes connaissances et de la facilité avec laquelle il élabore des scénarios à partir de faits historiques. Après la Trilogie de Nostradamus, Mario Reading s’attaque cette fois-ci à la 2nde guerre mondiale, au nazisme et aux templiers, avec une petite aventure en Syrie.

L’écriture est fluide et particulièrement visuelle. De l’angoisse dans les rues de Syrie, aux paysages de Guatemala en passant par le calme et la nature de la Bavière, chaque lieu, chaque action plonge le lecteur dans le décor, avec l’impression de lire un film.

Un suspense magistral, de l’action à la James Bond, des sentiments, des scènes sensuelles, de l’Histoire… il y a de tout dans ce roman ! Une incroyable diversité qui n’est pas pour nous déplaire. Tout est allié à merveille, permettant ainsi de toucher un large public.

Ce 4e livre vient confirmer l’avis déjà positif que j’avais de cet auteur. A découvrir !

kitty