« Le Piège de verre » d’Eric Fouassier (Lattès) * Un auteur à suivre

Aucun texte alternatif disponible.

Souvenez-vous : nous avions adoré Bayard et le crime d’Amboise  d’Eric Fouassier (Le Masque), qui cet été nous avait redonné foi en les romans historiques. Quel ne fut pas notre enthousiasme en recevant également Le Piège de verre, cette fois aux éditions Lattès, et qui met également en scène la courageuse et déterminée Héloïse Sangar, rare femme apothicaire dans la France du début du 16ème siècle. Plusieurs années après ses aventures qui lui avaient permis de rencontrer le chevalier Bayard, ami et bien plus dans le secret de son cœur, elle est de nouveau sollicitée par Anne de Bretagne pour l’aider à résoudre une affaire qui semble menacer la Cour et le Roi. Trois alchimistes à travers le royaume ont été découverts morts dans d’affreuses conditions – des meurtres rapidement qualifiés de diaboliques. Précédée par une réputation de femme intelligente, érudite et déterminée, Héloïse est donc amenée à mener l’enquête avec le fidèle Comballec sur les pas de comploteurs affiliés au Diable et résolus au pire. Persuadée que Bayard l’a oubliée, la jeune femme se jette à cœur perdu dans cette quête qui l’amène à frôler la mort de bien près. Mais que serait sa vie sans son chevalier, parti combattre à l’autre bout de l’Europe.

Une nouvelle fois, nous nous laissons entrainer dans les pas de cette jeune héroïne si belle et si forte, féministe avant l’heure et décidée à mener la vie qu’elle dont elle rêve. Face au danger, elle se dresse courageusement et met sa science et ses connaissances au service de la Reine. D’Orléans à Blois, Comballec – qui a bien du mal à rester insensible au charme de la belle – et Héloïse pourchassent de redoutables ennemis de la monarchie et de Dieu, tentant de contrecarrer leurs démoniaques desseins. Et lorsqu’au fil de ses voyages elle apprend les honorables raisons qui ont conduit le chevalier de son cœur à s’éloigner d’elle, elle entreprend également de le retrouver et de le ramener auprès d’elle. Mais Héloïse parviendra-t-elle à survivre assez longtemps pour savoir si Bayard partage ses sentiments ?

De rebondissements en enlèvement, de mystérieuses énigmes en jeux de pistes savamment enrichis d’obstacles, Eric Fouassier nous livre un roman à suspense parfaitement mené, historiquement remarquable, et passionnant. Et parce que les dernières pages laissent à penser qu’une suite sera donnée à ce texte, nous ne manquerons pas de nous précipiter lorsqu’elle sera disponible.

« Bayard et le crime d’Amboise » d’Eric Fouassier (Le Masque) * amour et conspiration

1498. Amboise est en deuil : le roi Charles VIII est mort suite à un malheureux accident domestique. C’est tout au moins la version officielle répandue par ses proches. Une version rapidement contestée par un jeune seigneur récemment arrivé et à la Cour et qui s’était jusque-là uniquement distingué sur les champs de bataille – un certain Bayard. En lus de l’agilité à l’épée, le jeune homme est également doué d’un esprit vif qu’il compte bien mettre à profit pour faire toute la lumière sur cet étrange décès. Cependant, le Seigneur Bayard, aussi expérimenté soit-il au combat ou sur un terrain de jeu de paume, c’est en novice qu’il se pose en politique et … en amour. Et il va vite découvrir que ces deux inconnues compliquent considérablement une équation déjà bien compliquée. Bayard se devra donc de jouer finement et de voir clairement dans le jeu de ses adversaires, mais aussi de sa belle, s’il veut honorer la promesse faite à la Reine et démêler une affaire des plus obscures.

Il y a quelques semaines, j’ai eu le plaisir de participer à l’opération L’Eté des Readers, qui une nouvelle fois m’a permis d’être mise en relation avec un binôme et d’offrir et me faire offrir un livre surprise. Puisque je ne vous apprends rien en vous disant que choisir un livre pour un(e) inconnu(e), ma binôme et moi nous sommes suggéré une liste de romans parmi lesquels j’avais mis… 2 romans d’Eric Fouassier ! Et découvrir Bayard et le crime d’Amboise  ne peut que m’inciter à lire rapidement le grand format paru chez Lattès récemment et me réconcilier avec les romans historiques, que j’avais assez largement laissés de côté suite à des déceptions consécutives. Mais quel plaisir de retrouver mes « automatismes » de lectrice de roman d’époque, de croiser à nouveau des personnages historiques au détour d’une fiction, de déambuler dans des décors richement décrits, d’articuler les petites histoires à la grande Histoire. Autour de la « vraie » mort suspecte d’un souverain français, Eric Fouassier est parvenu à exploiter les zones d’ombres d’un fait authentique et les troubles politiques avérés d’une époque pour dérouler une intrigue passionnante, qui régulièrement se raccroche au réel. Le jeune chevalier Bayard devient un enquêteur hors pair mais aussi un ami – puis un bon ami – attachant dont on se plait à observer les agissements et suivre les déductions, et parfaitement mis en scène par un auteur à la plume inventive et captivante. Le tout fonctionne parfaitement, et Bayard et le crime d’Amboise est sans conteste un roman à conseiller à tous les amateurs d’Histoire, et d’histoires intelligentes.