« Monsieur » par E.L James (France Loisirs/Lattès) * par l’autrice de…

Aucune description de photo disponible.

Maxim est né avec une cuillère en or dans la bouche – et n’en a pas conscience jusqu’au jour où son frère aîné se tue sur la route. Ce deuil le met à genoux et l’oblige aussi à se confronter à la réalité : le voici comte, Lord. Fini le temps où il vivait en marge des responsabilités : le voici propulsé à la tête d’un empire immobilier et financier. Sa vie dérape. Et alors même que tout lui échappe, il croise le regard noir d’Alessia, jeune immigrée albanaise qui s’occupe depuis quelques temps de son ménage. Il ne le sait pas encore, mais cette frêle jeune femme au lourd passé et à fleur de peau va changer sa vie et sa façon d’être au monde ; une rencontre romantique, sensuelle et improbable comme seule la littérature en engendre.

Vous l’avez peut-être vu sur les réseaux sociaux mais c’est surtout la curiosité qui m’a conduite à l’achat de ce roman ; non que j’ai particulièrement aimé la série Fifty Shades, mais je ne pouvais me départir de l’envie de savoir comment l’autrice arriverait à créer un autre univers, à progresser dans sa démarche d’écrivain, à mettre en scène d’autres personnages qu’Anna et Christian et à inventer une histoire d’amour qui ne soit pas la leur. Je suis donc plutôt surprise de vous rendre compte d’une lecture plaisante, d’un roman qui suit les codes très établis de la romance : elle est inexpérimentée et fragile (en apparence), il a tout, est séduisant mais cache une part de lui vulnérable – tout les oppose mais le destin et une alchimie physique les conduit dans les bras l’un de l’autre, engendrant l’Amour avec ce grand A dont nous rêvons tou-te-s. Alessia et Maxim ne font pas exception à la règle, mais leurs histoires respectives et celle qu’ils se construisent tous les deux fonctionnent bien et nous entrainent de page en page vers un épilogue que nous savons heureux… tout en nous tordant les mains en redoutant les épreuves que le destin (toujours lui) met sur leur route.

Incontestablement, EL James nous offre là un roman très différent, beaucoup plus consensuel (et bien moins sensuel), cependant toujours marqué par ce romantisme érotisé qui avait captivés les lectrices (et les lecteurs) de ses précédents romans. On se laisse (une nouvelle fois) prendre au jeu et séduire par cet homme magnifique qui se réinvente pour une frêle jeune femme bien décidée à ne pas laisser la vie (et les hommes) la déposséder de ses rêves. Un roman à emmener en vacances, incontestablement.

« La princesse et le géant » de Caryl Hart et Sarah Warburton (Gründ) * « un drôle de conte pour ceux qui aiment les histoires »

Afficher l'image d'origine

Images : http://dansmabulleblog.fr/

Princesse Sophie vit avec son papa et sa maman dans une très belle maison. Elle aime faire du vélo et est vraiment très heureuse. Mais malheureusement, un géant vit au fond de son jardin et fait tant et plus de bruit, empêchant la gentille famille de dormir et l’effrayant de temps en temps. Sophie s’interroge : pourquoi est-il si bruyant et si méchant ? Son papa, en lui donnant un livre de contes de fées, lui explique que c’est seulement le propre des géants de ne pas être très sympathique. Mais la petite fille ne veut pas se satisfaire de cette réponse et va chercher dans les contes classiques la meilleure façon d’apaiser ce voisin turbulent.

Voici une très belle histoire, merveilleusement bien illustrée, et qui ne manquera de faire sourire et rêver petits et grands. Avec beaucoup de courage et de curiosité, la princesse Sophie va chercher à comprendre cet être si différent que tout le monde craint sans faire l’effort de le connaitre. Et si finalement vivre en bonne intelligence tenait à peu de chose ? Une jolie leçon sur les a priori et les apparences à partager en famille et un album magnifique à offrir sans compter !