« Les petites tempêtes » de Valérie Chevalier (Hurtubise) – Une idéale lecture plaisir

Souvenez-vous, nous avions adoré Tu peux toujours courir (Charleston) – tellement adoré que nous n’avons pas hésité une seconde en apprenant que son nouveau roman sortait à peu près en même temps au Québec (aux éditions Hurtubise)à faire le nécessaire pour l’avoir !!! Et oui, l’océan Atlantique est tellement peu de chose 😊

Et autant vous le dire tout de suite : Raphaëlle et ses aventures en valent très largement la peine !

Raphaëlle, nous la rencontrons par une stressante journée de rentrée scolaire alors qu’elle est adolescente. Réservée – voire renfermée -, elle a pourtant une certitude en voyant Chanterelle entrer dans la salle de classe : cette fille lui plait, et elle sera ainsi la parfaite voisine de bureau puis l’exubérante amie qu’elle gardera précieusement à ses côtés. Car Raphaëlle en est persuadée : la vie est une succession de tempêtes, dont certaines conduisent certes à de jolies rencontres, mais dont la plupart conduisent au naufrage. Se doter d’une bouée est donc une question de survie.

Au fil des chapitres, Valérie Chevalier dépeint avec authenticité et un humour efficace les étapes essentielles de la vie de la jeune fille, bientôt devenue femme : de la première fois au premier amour, des études abandonnées au métier-passion exercé avec talent, Raphaëlle, tel un bateau livré aux caprices de la mer, se laisse bercer ou s’efforce de ne pas sombrer. Parce que la vie est ainsi faite n’est-ce pas : on gagne et on perd, on aime et on pleure, on fait des compromis et on affirme ses valeurs, … on se découvre en un mot, et on se rend compte que si les autres sont essentiels à ce que nous sommes, c’est probablement parce qu’ils sont nos plus beaux révélateurs.

Une nouvelle fois, Valérie Chevalier met en scène une héroïne parfaite… et parfaitement à notre image. Maladroite, rêveuse, talentueuse, effrayée parfois, têtue souvent, fêtarde à ses heures, et obsédée par l’amour (des autres et avec un grand A), Raphaëlle est comme nous – et nous l’adorons rapidement pour ça !

Quel plaisir de se plonger dans ce roman frais, profond et terriblement bien écrit – quel plaisir de lire un nouveau roman de Valérie Chevalier – quel plaisir de vous en parler et de vous le conseiller.

Croisons maintenant les doigts pour que ce roman traverse bientôt l’Atlantique pour arriver le plus largement possible dans nos bibliothèques !

L’embarras du duc, Les infortunes conjugales tome 2, Callie Hutton, Edition Charleston

img_4052

2e tome de cette série, concentré cette fois sur un ami de Jason de Coventry, le duc Drake de Manchester.

Nous sommes toujours à Londres, dans les années 1800, et alors que la saison mondaine va commencer, Drake cherche sa duchesse. Seul héritier depuis la mort de son père, il vit avec sa mère et ses quatre sœurs, dont il a la charge. Il imagine la femme parfaite, charmante, distinguée, qui saura accomplir ses devoirs de femme de duc, sans tomber dans le romantisme amoureux.

La jeune Pénélope Clayton a perdu son père il y a quelques années. Fille de la campagne, elle poursuit les travaux de botaniste de son père, ne songeant pas le moins du monde à se marier. Timide et maladroite, il n’y a rien qu’elle n’aime plus que la solitude et ses plantes, car elle préfère la boue et les fleurs aux paillettes et à la danse.

Mais son tuteur et sa tante l’envoient dans la famille de Drake, pour qu’elle vive sa première saison mondaine avec les sœurs de ce dernier, et se marie. Drake, qui est chargé de sa protection et de son suivi, est agacé par cette jeune femme maladroite, semant la tempête partout où elle va. Agacé mais attiré… Lui qui cherche la femme parfaite est paradoxalement attiré par les imperfections de Pénélope. Ne dit-on pas que les contraires s’attirent ? Lire la suite