Sois toi même tous les autres sont déjà pris, David Zaoui, Editions JC Lattès

 

Alfredo Scali est un peintre qui rêve de reconnaissance, habitant un HLM de banlieue, sur le même palier que ses parents. Il peint « les rêves inconscients des animaux », mais peine à trouver un public réceptif à ses œuvres et bataille avec son conseiller Pôle Emploi qui ne lui offre que des jobs qui ne sont absolument pas en adéquation avec ses envies.

Un jour, Alfredo hérite de Schmidt, le singe de sa grand-mère qui doit s’installer en maison de retraite. Schmidt est un singe curieux, doué d’une redoutable intelligence, fan de la série Starsky&Hutch, et de beignets à la pistache. A partir de ce jour là, le quotidien d’Alfredo va être bouleversé et sa vie va changer, mais il ne le sait pas encore.

Car enfermé dans son rêve de percer un jour, il ne s’ouvre pas complètement, manque de confiance en lui et cherche à tout prix à « réussir sa vie ». Mais après tout que signifie vraiment réussir sa vie ? Heureusement, Schmidt est là pour le lui enseigner…

Sois toi-même tous les autres sont déjà pris. C’est d’abord le titre qui m’a interpellée. Célèbre citation d’Oscar Wilde, cette phrase est tellement vraie, et l’on a pourtant beaucoup de mal à l’approprier dans sa propre vie, à l’image du personnage d’ Alfredo. Et lorsque l’on va plus loin que le titre, on découvre un roman en incroyable résonance avec nous-même, bourré d’humour. L’envie de réussir sa vie, la quête éternelle du bonheur, du succès, de la réussite, n’est-ce pas ce à quoi aspire chacun d’entre nous ?

L’auteur dépeint avec beaucoup d’authenticité et une remarquable dérision la vie d’un homme qui cherche à accomplir son rêve, les obstacles qu’il va devoir surmonter, les doutes qui vont l’envahir, la joie et la tristesse parfois. Mais il nous rappelle surtout que sans travail et sans y croire, on arrive à rien. Sans oublier les rencontres, celles qui passent dans nos vies, parfois sans s’attarder mais qui peuvent apporter beaucoup si on y prête attention.

Les dialogues et lettres avec le conseiller Pole Emploi sont d’un réalisme légèrement exagéré, mais hilarants. Les dialogues entre personnages sont totalement déjantés, un peu fous mais cela donne au final un roman drôle, très original, un peu décalé, qui s’ancre totalement dans notre société grâce à cette authenticité qui imprègne l’écriture de l’auteur.

C’est original, drôle, plein d’émotion, et fait écho à cette soif de bonheur, cette soif de réussir sa vie que chaque humain recherche. Mais c’est aussi une belle moral sur la réelle signification de la réussite. A découvrir !

Publicités

Dark, Sous ta peau tome 4, Scarlett Cole, Editions JC Lattès, collection &moi

J’ai découvert cette série avec le précédent tome et les aventures de Pixie et Dred. Cette fois, nous découvrons l’histoire de Lia, une jeune tatoueuse extravertie, à l’aise dans sa tête et dans son corps. Alors qu’elle se rend à un congrès de tatouages, Lia tombe en panne. Reid, un motard séduisant s’arrête pour l’aider et le courant passe aussitôt entre eux. Mais Lia ne cherche qu’une aventure sans lendemain, après avoir été maintes fois déçue par les hommes. Sauf que Reid n’a aucune intention de laisser filer cette jeune femme dont il a perçu la fragilité derrière son enthousiasme débordant. Lire la suite

Les fureurs invisibles du coeur, John Boyne, Editions JC Lattès

Irlande, années 1940 à aujourd’hui.

Cyril est un bébé lorsqu’il est adopté par la famille Avery, un couple aisé et excentrique. Sa vraie mère était une jeune fille lorsqu’elle est tombée enceinte, a été bannie de son village rural très pratiquant, puis arrivée à Dublin, elle a fait le choix qui lui semblait le plus sage. Cyril est donc élevé comme un fils par le couple Avery, qui lui font tout de même comprendre qu’il ne sera jamais un vrai Avery. Ils sont gentils et lui offrent une enfance correcte, bien que dépourvue d’amour et d’affection. C’est là-bas qu’il rencontre son premier véritable ami ; Julian.

Cyril grandit puis entre dans la vie adulte, et va au fur et à mesure de ses expériences découvrir combien est cruelle la société irlandaise avec les gens différents, combien les préjugés sont terribles pour un jeune homme comme lui. L’homosexualité est à cette époque un terrible péché que Cyril va chercher à cacher du mieux qu’il peut, tout en essayant de se forger une identité pour camoufler sa différence. Une identité qu’il va remettre en question au fur et à mesure des diverses rencontres et obstacles qui croiseront son chemin.

Gros coup de coeur pour ce roman atypique qui nous dépeint la société irlandaise des années 1940 à nos jours, nous permettant ainsi de suivre son évolution. Une évolution difficile dans des contextes où la liberté et la différence ne sont pas toujours vues d’un bon œil…

Cyril est un personnage qui nous touche immédiatement. Discret, différent, mal à l’aise dans son corps, dans sa vie, ilva suivre un chemin difficile, semé d’obstacles terribles qui nous révolterons face à la méchanceté humaine, mais il aura aussi des moments heureux que nous partageons avec lui.

L’écriture est noire et cynique, dotée d’un humour pince sans rire très british et de personnages excentriques, rendant l’histoire déroutante, originale et très touchante. Si on a parfois l’impression qu’elle traine en longueur, elle est cependant pleine de détails et très complète, tant d’un point du vue historique que psychologique. Chaque personnage est attachant à sa façon, chacun a sa place.

Une foule de sentiments nous envahit à la lecture tant le scénario est complet et complexe. A la fois sombre mais drôle, glaçant mais joyeux, émouvant et puissant. Vous serez outrés par ce que va endurer le pauvre Cyril, mais aussi émus par des retrouvailles imprévues. Vous allez rire, vous allez pleurer. Et finir par vous dire que, heureusement que nous sommes en 2018, bien que certaines mentalités ont encore bien besoin de changer… Il faudra toujours se battre pour afficher sa différence, peut importe à l’époque à laquelle on vit.

Un roman magnifique, bouleversant, qui vaut vraiment le détour !