Bye-bye vitamines, Rachel Khong, Editions Les Escales

Ruth a trente ans et vient de se séparer de son fiancé. Au fond du gouffre, elle tente de ne pas sombrer et c’est là que sa mère va lui demander de venir passer un an dans la maison familiale, car elle a besoin d’aide. Le père de Ruth, un professeur d’histoire reconnu et très apprécié, vient d’être diagnostiqué atteint de la maladie d’Alzheimer. Lire la suite

La fêlure, Kate McNaughton, Editions Les Escales

Adam et Eva. Par leurs prénoms, ils semblaient prédestinés à se rencontrer et à vivre cette belle histoire qu’ils ont partagé depuis les bancs de l’université de Londres. Ils ont alors la trentaine et avaient tout pour eux, elle journaliste, lui dans la médecine.  Jusqu’à ce terrible jour où Adam meurt brutalement. Lire la suite

Le bois des ombres, Barbara Dribbusch, Editions Les Escales

Lorsque sa grand-mère décède, Anne Südhausen se rend à Innsbruck pour organiser l’enterrement. Elle n’avait plus de lien particulier avec sa grand-mère Charlotte, et ne l’avait pas revu depuis plusieurs années, mais le fait de loger chez elle va raviver ses souvenirs d’enfance. En fouinant dans la maison, elle va tomber sur un étrange médaillon et des carnets d’écolier. Des journaux intimes rédigés par sa grand-mère en 1943, où elle raconte une partie de sa vie au sanatorium « le Bois des Ombres », une étrange clinique.

A travers ces carnets, Anne va découvrir l’histoire de sa grand-mère qui a vécu dans cette clinique, l’une des seules à ne pas avoir été fermée comme c’était alors le cas. Anne se demande qui étaient ces mystérieux professeurs qu’évoque Charlotte, quelles étaient les expériences qu’ils pratiquaient, et les méthodes douteuses qui avaient l’air d’être pratiquées. Lire la suite

La femme qui ment, Hervé Bel, Editions Les Escales

A 43 ans, Sophie mène une vie des plus routinières. Sans enfants, elle part chaque jour en RER pour la Défense, s’enferme dans un building pendant 10h pour faire ce qu’on attend d’elle, le tout avec rapidité et efficacité. Le soir, elle rejoint Alain, son mari, professeur et écrivain à ses heures. Ils n’ont pas d’enfants et cela pèse à Sophie, qui en a toujours rêvé.

Mais à 43 ans, peut-on attendre un miracle de la vie ? Sophie fatigue, s’use au travail, sature. Alors lorsque son supérieur lui reproche son manque d’implication des dernières semaines sur un dossier important, elle ment en avouant être enceinte. Un gros mensonge qui va rendre son quotidien professionnel bien plus supportable : on l’allège des grosses tâches, on lui apporte beaucoup d’attention. Prise dans un engrenage, Sophie décide de mentir également à Alain. Pour le tester sur son envie d’être père ? Pour qu’à force d’y croire, cela arrive vraiment ? Lire la suite

Le murumure du vent, Karen Viggers, Editions Les Escales

Abby est biologiste et prépare une thèse sur son étude des kangourous. Très indépendante, la solitude ne lui fait pas peur et c’est seule qu’elle parcourt les vallées d’Australie pour observer les kangourous. Un jour, elle est obligée d’accepter la présence de Cameron dans son quotidien, un journaliste à la recherche d’un article sur ces énigmatiques animaux. Abby ne le supporte pas, mais reste étrangement attirée par lui. Et c’est réciproque…Cameron insiste mais Abby tient trop à son indépendance.

Daphné est une vieille dame qui a vécu son enfance dans les montagnes où Abby étudie les kangourous. Elle y retourne souvent, pour se souvenir, pour ne pas oublier les bons souvenirs qu’elle garde de cet endroit. Et c’est ainsi que les deux femmes se rencontrent. Abby a l’impression de retrouver sa grand-mère, et une relation d’amitié profonde se tisse entre elles. Abby va aider Daphné à vivre malgré la vieillesse qui se fait sentir, et Daphné va faire comprendre à Abby l’importance de ne pas repousser l’amour lorsqu’il frappe à notre porte.

A travers leurs récits respectifs, les deux femmes vont s’aider à aller de l’avant, à laisser le passé de côté et à regarder vers l’avenir. Lire la suite

Quoi qu’il arrive, Laura Barnett, Editions Les Escales

IMG_3778

Angleterre 1958. Eva et David vivent le grand amour. Elle étudie la littérature, il est acteur de théâtre. Ils sont jeunes et ont la vie devant eux. Un jour, alors qu’elle se rend à ses cours, son vélo roule sur un clou. Jim, jeune étudiant en droit, est présent et vient lui proposer son aide.

Cette scène du début du roman est un point crucial pour la suite ; commence alors trois versions possibles de leurs vies en fonction de ce qu’il va se passer lors des quelques minutes de cette scène :

  • Eva répond à Jim, accepte son aide, et accepte même son invitation à prendre un café.
  • Eva accepte son aide et malgré l’envie, décline son invitation.
  • Eva ne répond pas à Jim et s’enfuie.

Trois versions différentes de l’histoire, qui vont malgré tout, dans chacune d’elle, voir évoluer Jim et Eva ensemble à un moment de leur vie. Trois vies différentes, qui malgré leur simplicité vont baigner dans les trahisons et les passions, le désir et l’amour, sur une durée d’une cinquantaine d’années de la vie des personnages.

J’avoue que ce roman m’a laissée totalement perplexe, et j’ai du mal à savoir l’impression qu’il me laisse. Car le début m’a totalement accroché ; cette idée de trois versions différentes d’une même histoire, cette insinuation sur les évènements qui nous arrivent, les choix que l’on fait et l’importance d’un détail si infime qu’il changerait notre vie si nous avions agi différemment. Cette idée de destin qui ressort ; car c’est le destin de ces deux personnages, de passer quelques années de leur vie ensemble, peu importe le temps, ou à quel moment car ils s’aimeront dans chacune des versions proposées.

Cependant au fil de la lecture, j’ai décroché à plusieurs reprises ; les versions alternent l’une après l’autre et c’est parfois difficile de se rappeler quelle version est quel récit, car les histoires sont différentes, peuplée de personnages différents d’une version à l’autre. Au fil des années, les couples se font et se défont, engendrant des enfants, petits-enfants aux noms différents. La foule de personnages et de détails associés aux versions qui se succèdent m’ont souvent déstabilisé, et je me suis un peu perdue. Surtout si on ne lit pas le livre d’une traite !

Néanmoins je garde à l’esprit l’originalité de la construction de ce roman, et surtout la puissante analyse de l’amour effectuée par l’auteure. En effet, au travers des différentes versions, elle explore les divers aspects du sentiment, du couple,  avec une profondeur maitrisée et une plume vraiment juste.

Du négatif, du positif, mais Quoi qu’il arrive, je choisis de ne conserver que le meilleur de ce roman, car malgré l’ennui éprouvé par moment, je n’ai pas pu m’empêcher de le terminer afin d’en connaitre la fin !

kitty