« La princesse et le géant » de Caryl Hart et Sarah Warburton (Gründ) * « un drôle de conte pour ceux qui aiment les histoires »

Afficher l'image d'origine

Images : http://dansmabulleblog.fr/

Princesse Sophie vit avec son papa et sa maman dans une très belle maison. Elle aime faire du vélo et est vraiment très heureuse. Mais malheureusement, un géant vit au fond de son jardin et fait tant et plus de bruit, empêchant la gentille famille de dormir et l’effrayant de temps en temps. Sophie s’interroge : pourquoi est-il si bruyant et si méchant ? Son papa, en lui donnant un livre de contes de fées, lui explique que c’est seulement le propre des géants de ne pas être très sympathique. Mais la petite fille ne veut pas se satisfaire de cette réponse et va chercher dans les contes classiques la meilleure façon d’apaiser ce voisin turbulent.

Voici une très belle histoire, merveilleusement bien illustrée, et qui ne manquera de faire sourire et rêver petits et grands. Avec beaucoup de courage et de curiosité, la princesse Sophie va chercher à comprendre cet être si différent que tout le monde craint sans faire l’effort de le connaitre. Et si finalement vivre en bonne intelligence tenait à peu de chose ? Une jolie leçon sur les a priori et les apparences à partager en famille et un album magnifique à offrir sans compter !

« Les livres très nature » illustrés par Olivia Cosneau (Gründ) * des lectures responsables

000_CV_PetitEscargot_RVB_BD000_CV_PetitChat_RVB_BD

Voici une collection de jolis petits livres en papier recyclé et imprimé avec une encre bio respectueuse de l’environnement et de la santé des enfants. A travers des histoires tendres et des illustrations douces, les plus jeunes découvrent les belles aventures d’un escargot, d’un chat, d’une coccinelle et d’un petit lapin espiègles. La nature est à l’honneur et sublimée par les dessins d’Olivia Cosneau, illustratrice de talent que l’on a plaisir à retrouver dans cette nouvelle collection.

000_CV_PetitLapin_RVB_BD
Encore une fois, les éditions Gründ nous offrent des ouvrages colorés et une nouvelle collection engagée, ici dans le respect de l’environnement (qu’il s’agisse de sa fabrication ou de ses propos). Nul doute que ces ouvrages ne peuvent que trouver leur place dans la bibliothèque de vos enfants !

000_CV_PetiteCoccinelle_RVB_BD

« L’Encyclopédie James Bond » de John Cork & Collin Stutz (Gründ) * Une lumineuse idée cadeau

james bond hd
Ca ne vous aura pas échappé, James Bond occupe actuellement notre actualité culturelle (jusqu’au nouvel épisode de Star Wars parions-le) ! Il était donc inimaginable que Psychedeslivres passe à côté. Voici donc venir le temps de cette superbe Encyclopédie James Bond, un très beau livre paru aux éditions Gründ et qui a le mérite d’être le seul reconnu et validé par les ayants-droits. Si si ! Et plus qu’un ouvrage sur la série, il s’agit en fait d’une véritable bible de l’univers James Bond : des James Bond girls à ses boissons favorites (avez-vous remarqué que James Bond est très versé dans la science de l’œnologie ?), de l’élégance de ses costumes à celle de son intérieur (vous découvrirez dans quels films il est notamment présenté, car avouez que vous ne vous en souvenez pas tellement…), de sa politesse légendaire à ses répliques culte, tout ce qui crée le personnage de Ian Fleming et son univers est ici présenté et relaté, nous faisant replonger dans toute la filmographie James Bond et vouloir revoir chaque opus pour y retrouver les éléments découverts / redécouverts dans cette Encyclopédie. Plus de 2000 illustrations tirées des différents films agrémentent cette lecture passionnante et font de ce livre une incontestable référence. On regrette un peu que le dernier James Bond n’y soit pas présenté, mais on s’incline devant les raisons très probablement commerciales à cela… Charge à nous d’ici quelques mois/années d’acquérir la suite ! 
Pour les millions de fans, aucun doute que ce beau livre à la fabrication remarquable et au prix somme toute raisonnable sera le cadeau idéal!

* Suggestions d’activité pour les vacances *

20151023_165828

En cette fin de première semaine de vacances scolaires, nous revoici avec une belle suggestion d’activités à faire avec vos enfants ; découvrir ensemble la joie de créer des mélodies grâce à des livres dédiés à la musique et grâce auxquels même les plus petits peuvent découvrir certains des airs les plus connus et entrainants de notre patrimoine musical.

Voici donc deux jolis livres qui raviront petits et grands. Dans Mes premières chansons de princes et de princesses (Editions Gründ, illustré par Gwé), une puce sur chaque page permet d’écouter des comptines sur le thème indiqués dans le titre : « Aux marches du Palais », « Joli petit pois » ou encore « Le bon roi Dagobert » s’enchainent page après page, illustrées par des dessins colorés et accessibles, qui permettent eux aussi d’échanger avec votre enfant. Pour sa part, Mon premier livre-piano (Editions Usborne, illustré par Rachel Stubbs), comme son titre l’indique également, permet grâce à des partitions faites de pastilles colorées de reproduire des airs connus ; en suivant les consignes (très claires et faciles à comprendre), apprenez à votre enfant à jouer au piano « Frère Jacques », « Dansons autour du mûrier » ou encore l’ « Ode à la joie ». Si jouer ces morceaux nécessite de la concentration et de l’application, il est très gratifiant pour les plus jeunes de constater qu’ils arrivent à reproduire ces airs ! Chaque page, en plus des partitions, présente des illustrations mettant en scène de charmantes petites souris musiciennes.

Voici donc de quoi éveiller à la musique vos chères têtes blondes et passer quelques heures ensemble, à écouter, chanter et reproduire des comptines et grands airs très connus. En plus de s’amuser, les enfants étoffent leur culture musicale et apprennent les paroles : encore une fois avec ces deux ouvrages jeunesse, l’apprentissage est intimement lié au jeu !

« 1, 2, 3, foulard » d’Eric Sanvoison (Gründ) – pour parler d’un jeu dangereux sans jugement et sans tabou

Charlotte est mal dans sa peau. Si ses parents adoptifs – enfin, ses parents, car elle ne fait pas la différence – sont adorables, présents et compréhensifs, son mal-être l’emprisonne. Et ce n’est pas son entrée au collège, avec son lot de stress, de challenges en termes d’apparences et d’appartenance et ses nouveaux codes qui va l’en libérer. Décidée à plaire à celui qui fait battre son cœur, elle va accepter, tout en sachant à quel point cela peut être dangereux, de se prêter au jeu des étoiles. Le but : une strangulation suffisamment prononcée pour faire perdre conscience et « décoller » et permettre de voyager dans les étoiles. En d’autres termes, le jeu du foulard, qui chaque année tue de nombreux jeunes, en laisse certains autres handicapés par de graves séquelles et qui pourtant continue à faire des adeptes.

Eric Savoisin, qui s’était notamment déjà fait connaitre avec Le Parloir, dans lequel il abordait le sujet très sensible de l’incarcération, revient cette fois pour parler, avec sensibilité et sans jugement, de cette « tendance » meurtrière qu’est ce jeu du foulard, et que sont plus généralement les jeux dangereux auxquels adhèrent les jeunes. Adeptes de sensations fortes, ils en oublient le danger et s’entrainent les uns les autres dans cette spirale infernale. Même les ados les mieux dans leur peau peuvent accepter de courir un tel risque uniquement pour ne pas être qualifiés de losers ou mis à l’écart. Eric Sanvoisin pose des motrs simples et forts sur les aspirations de cette ado qui cache à ses parents, pourtant aimants, à quel point elle met sa vie en danger pour côtoyer un garçon inconscient (ou pas d’ailleurs) des dangers qu’il fait courir à ses camarades. Sans apporter de solutions pour les proches, 1,2,3… Foulard permet de mettre le sujet sur la table, alors qu’il est souvent tabou. Il permet aussi de relancer le débat en prenant en considération aussi les motivations des adeptes de ce jeu : il ne s’agit pas de juger ni de condamner, mais bien de décrire avec objectivité les conséquences et risques de ce jeu. Peut-être aussi de leur fournir les arguments pour refuser d’y participer…

A nouveau, Eric Sanvoisin s’emploie par les mots et la littérature à apporter des réponses à ses jeunes lecteurs et à les confronter aux conséquences de leurs actes. Grandir n’est pas exempt de risques, et c’est souvent en étant conscient des conséquences de ses actes que l’on se préserve, et que l’on préserve ses amis. Une bien belle démarche que l’on ne peut que saluer et faire partager, pour que l’isolement et l’impression de solitude ne conduisent plus aux jeux dangereux, quels qu’ils soient.

Sweetie