« Le Dernier apprenti sorcier 1 – Les rivières de Londres », Ben Aaronovitch (J’ai Lu) * sur les conseils d’un libraire bien inspiré!

Peter Grant est un jeune agent de police londonien plein d’avenir. Alors qu’il effectue la surveillance d’une scène de crime à Covent Garden, au petit matin, il fait une rencontre inattendue : un témoin du meurtre qui s’avère être… un fantôme. Et ce n’est là que la première surprise pour Peter qui est bientôt affecté à la brigade secrète de la Police métropolitaine chargée des affaires surnaturelles, sous les ordres de l’inspecteur divisionnaire, Thomas Nightingale. Tous deux se lancent à la poursuite d’un tueur en série machiavélique et insaisissable. En parallèle, le jeune homme commence son initiation à la magie en tant que dernier apprenti sorcier de Londres.

 

Sherlock Potter. Alors que je lui commandais la suite de The Rook, Agent double, de Daniel O’Malley chez Super 8 (l’histoire d’agents secrets chargés de combattre les forces surnaturelles qui menacent la Couronne britannique dont je vous parlerai bientôt), mon libraire m’a aussitôt conseillé de découvrir la série de Ben Aaronovitch, Le Dernier apprenti sorcier. Il a eu bien raison car je me suis régalée avec ce premier tome qui mêle habilement magie et enquête policière dans la pure tradition anglaise.

 

Dès les premières pages, nous sommes plongés dans l’ambiance avec la description par notre témoin fantôme de ce fameux meurtrier qui peut changer de visage en quelques secondes. Et dans les pas de Peter Grant, nous découvrons avec lui ce monde souterrain qui vit à côté du nôtre : fantômes donc mais aussi vampires, esprit vengeur, et même divinités aquatiques ancestrales se partageant le contrôle de la Tamise. Très intelligemment, Ben Aaronivitch, scénariste de son état, dose cette part fantastique en n’oubliant pas la trame policière classique incarnée par l’agent Lesley May, collègue et amie de Peter, qui vient d’être affectée à la police criminelle. Viennent s’ajouter un humour so british, une intrigue extrêmement bien ficelée autour du théâtre populaire anglais, et une description de Londres très visuelle. Vous mélangez le tout et vous obtenez un polar érudit de très bonne facture qui se lit d’une traite. Nul doute que je ne tarderai pas à me procurer les tomes suivants que j’espère aussi bons (cinq tomes sont disponibles chez J’ai Lu, un sixième est paru en Angleterre l’an dernier, sachant qu’il y en aura dix en tout).

Luz, Marin Ledun, J’ai Lu

img_3832

Luz est une adolescente de 14 ans, qui ne supporte plus les dimanches à la maison pendant les vacances d’été. Les repas qui s’éternisent, les adultes qui boivent trop et l’ami de son père qui la regarde d’un peu trop près.

MP3 dans les oreilles, elle part sur les rives de la Volte en vue de se baigner. Elle y retrouve Thomas et Manon ; un jeune de 3e sur lequel elle a flashé et une fille de sa classe. Ensemble, ils vont trouver un endroit reculé peu connu des autres baigneurs, mais plus difficile à atteindre.

Là-bas, un autre groupe de jeunes, plus âgés, les rejoint. L’alcool coule à flot, les pétards tournent. Le danger n’est pas loin et tout est réuni pour que l’après-midi baignade tourne au cauchemar… Lire la suite

Pour un soir seulement, Journal (sexuel) d’une ex-petite moche, Thomas Raphaël, J’ai lu

img_4040

Julie a souffert de son adolescence. Surnommée petite moche à cause de sa grosse cicatrice sur le menton, elle a aujourd’hui 32 ans mais a gardé ses séquelles de jeunesse. Ce qui l’empêche d’être à l’aise avec les hommes, mais surtout de leur faire confiance.

Mais lorsqu’elle apprend qu’elle doit subir une opération délicate où elle risque de mourir, Julie change son annonce du site de rencontres sur lequel elle est inscrite. « Pour un soir seulement » c’est désormais sa devise. Et comme par hasards, les messages de prétendants ne cessent d’affluer…  Julie n’a plus de temps à perdre, car il lui est compté. Mais pas facile quand on a toujours été romantique de se lancer dans des aventures d’un soir… Echecs cuisants et belles rencontres seront au rendez-vous, Julie n’a qu’à ouvrir les yeux, son cœur, mais surtout s’ouvrir à son désir, pour enfin s’épanouir ! Lire la suite

Tombée du ciel, Cecelia Ahern, J’ai lu

couv34197566

Qui a dit que la foudre ne frappait jamais deux fois au même endroit ? Après avoir tenté de dissuader Simon, un père de famille, de se suicider, Christine se retrouve sur le Ha’Penny Bridge à Dublin, à tenter de sauver un homme qui veut sauter.

Le jeune Adam, vient de perdre sa fiancée, son travail, et possède un lourd bagage familial. Christine, qui sort d’une rupture, réussit à le convaincre de ne pas sauter.  Ils passent un pacte ; Christine a deux semaines pour lui prouver que la vie vaut la peine d’être vécue, sinon quoi Adam mettra fin à ses jours. Un pacte risqué dans lequel s’engage Christine, avec cet inconnu qu’elle ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam (!!!!).

Elle va tout faire pour prouver à cet homme que la vie, même si elle n’est pas toujours une partie de plaisir, a tout de même beaucoup à offrir. Et cette jeune divorcée va l’apprendre elle aussi à ses dépens… Lire la suite

La femme au carnet rouge, Antoine Laurain, J’ai lu

Laurent est libraire. Un matin, en partant au travail, il découvre un sac en parfait état, posé sur des poubelles. Il l’emmène avec lui, persuadé qu’aucune femme au monde ne jetterai de son plein gré un sac aussi magnifique. Une fois chez lui, il en fait l’inventaire ; parfum, rouge à lèvres, pince à cheveux, carnet rouge, clés de maison et un livre de Patrick Modiano dédicacé.

Pas de portefeuille, pas de papier d’identité. Juste un prénom, Laure. Et un carnet rempli de notes personnelles, que Laurent, poussé par la curiosité, va lire. Lire la suite

Celle que je suis, Lisa Renee Jones, J’ai lu

Le premier mardi du mois, tout est permis !

Désir et érotisme au programme de ce roman. Le précédent, Si j’étais elle, nous avait laissé bouillonnant d’impatience, et c’est avec plaisir ( !) que je retrouve la suite des aventures de la jeune Sara. Petite piqure de rappel ici.

Sara, qui a  bien changé, court toujours après Rebecca, afin de savoir ce qui lui est arrivé. Pas facile de se concentrer quand Chris, le peintre torturé au cœur profondément généreux lui susurre des mots doux et exerce sa domination sur elle…

Sara va découvrir des aspects de Chris qu’elle ne soupçonnait pas, tout en se découvrant elle-même. Elle va vivre de grands moments de doutes, d’incertitude, qui vont l’obliger à s’affirmer davantage et à fissurer la carapace qu’elle s’était forgée, jusqu’à la briser totalement.

Son inquiétude pour Rebecca grandit, de même que son amour pour Chris. Autant d’évènements qui vont la faire devenir celle qu’elle est. Sa détermination va lui ouvrir bien des portes, tout en lui faisant courir des dangers qu’elle n’est pas toujours en mesure d’affronter…

Une suite tout aussi riche en érotisme que le premier, même si un point négatif m’a sauté aux yeux ; pas de passages torrides des carnets de Rebecca dans ce tome. Ce qui peut s’expliquer par l’évolution du personnage de Sara, qui désormais plus sûre d’elle, s’affirme et ne vit plus sa vie par procuration à travers les journaux de Rebecca. Mais c’était selon moi ce qui avait donné son charme au tome 1…

Pour l’histoire et la forme en général, tout s’enchaine parfaitement, les épisodes érotiques sont toujours aussi sensuels et l’écriture suscite immédiatement le désir chez le lecteur.  Le suspense bien présent nous accroche à l’histoire, tenant le lecteur en haleine – et dans tous les sens du terme – jusqu’au final.

Final ouvert (trop ?), qui peut avoir diverses interprétations, au lecteur de s’imaginer sa propre fin !

Un bon moment de détente passé avec cette série, de quoi apporter plus de légèreté et pimenter vos lectures entre deux thrillers !

kitty

Si j’étais elle, Lisa Renée Jones, J’ai lu

1er mardi du mois, tout est permis dixit Stephie ! Et comme tout est permis, c’est le moment d’inaugurer notre catégorie érotique…

Sara McMillan est une jeune professeur de 28 ans dont la vie privée est loin d’être palpitante. Elle vit par procuration la vie de sa seule amie Ella, qui l’abandonne pour passer son voyage de Noce en Italie avec un homme fraîchement rencontré. Celle-ci laisse à Sara un journal intime quelque peu spécial…

Celui de Rebecca, une jeune femme travaillant dans la plus prestigieuse galerie d’art de San Francisco. Sara lit, lit, et ne s’arrête plus de découvrir Rebecca. Dès les premières lignes, elle se sent à la fois charmée et repoussée par le caractère sexuel et sensuel du journal. Au fil des pages, Sara sent qu’il est arrivé quelque chose à la jeune femme, qui de plus, demeure introuvable.

Elle va tout mettre en œuvre pour la retrouver, savourant au passage les lignes du journal, se mettant dans la peau de Rebecca, rencontrant des hommes qui la fascinent, la désirent et lui font ressentir une attirance et un plaisir qu’elle n’avait jamais connu.
Elle va se défaire progressivement de sa petite vie d’enseignante sage pour endosser le rôle d’amante sensuelle et dévergondée. Un grand changement s’opère en elle. Qui sont réellement ces hommes qui sèment le doute dans l’esprit de Sara ? Et surtout, qu’est devenue Rebecca ?

Un roman passionnant, qui détend et attise le désir, emportant le lecteur avec Sara, à la découverte de ces plus sombres désirs. Si le début apparait plutôt normal et sans charme particulier, ce n’est pas le cas de la suite, où le désir et l’érotisme croissent de façon spectaculaire, autant que le suspense lui-même. Car derrière la constante sensualité se cache une histoire intrigante, aiguisant notre curiosité et tous nos sens.

Entre charme, domination et manipulation, une véritable lecture de l’été, au final qui nous laisse impatients, frustrés de cet arrêt brutal, en attente de ressentir de nouveau ce désir et ce plaisir de lecture… et plus !

La suite est sortie il y a un mois, et je vous en parlerais bientôt !

kitty