« Une aventure de Brutus et d’Héloïse de St Phalle 2, A la poursuite du diamant bleu » de Carl Aderhold et Michèle Lancina (Zethel) * un roman historique jeunesse pour l’été!

Afficher l'image d'origine

Pour mémoire, nous avions aimé le tome 1 des aventures de nos jeunes amis : https://psychedeslivres.com/2016/04/03/il-faut-sauver-la-reine-une-aventure-dheloise-de-saint-phalle-de-carl-aderhold-et-michele-lancina-zethel-un-chouette-roman-historique/

Nous attendions donc la suite avec impatience, suite qui constitue une idéale suggestion de lecture d’été !

Nous sommes en 1792. Il y a seulement quelques semaines que Brutus connait Héloïse et qu’il a vécu avec (et contre) elle des aventures dangereuses qui les ont conduit à apprendre à se connaitre et à s’apprécier. Pourtant, cette amitié (à moins qu’il s’agisse de sentiments plus profonds que ça) n’est pas simple : le jeune garçon est un héros de la Révolution française, héroïsme pour lequel il se retrouve honoré au début de ce roman ; Héloïse quant à elle est une jeune aristocrate que les événements révolutionnaires ont séparé de sa famille et qui s’est donné pour mission de rester au service de la Reine. Rien ne devait donc les amener à devenir complices, et pourtant.

Cependant, plus que les recommandations de leurs cœurs, ce sont celles de leurs devoirs que les deux jeunes gens vont encore une fois suivre, se retrouvant ennemis dans une bien drôle de quête : alors qu’Héloïse et le redoutable Lord Englewood projettent de voler le plus gros diamant du royaume, Brutus et son frère vont tenter de s’opposer à ce projet de toutes leurs forces. Une nouvelle fois, Héloïse et celui qui, secrètement, fait battre son cœur, vont s’affronter, tentant de combiner leurs sentiments et leurs engagements ; une nouvelle fois, les dangers seront nombreux sur leurs routes et il leur faudra mobiliser toutes les ressources dont ils disposent pour protéger leurs proches, mais aussi se protéger l’un l’autre à l’insu de leurs camps respectifs.

Encore une fois, Carl Aderhold et Michèle Lancina signent un roman historique bien ficelé, à l’intrigue passionnante. S’ils laissent plus de place aux sentiments de leurs deux personnages principaux, l’intrigue fait se succéder les aventures et les rebondissements, entrer en scène de nouveaux personnages (qu’ils soient historiques ou fictifs), et nous entraine rapidement sur les pas de nos deux amis. Toujours plus tiraillés entre leurs devoirs et leur cœur, Héloïse et Brutus se découvrent petit à petit et continuent d’abandonner peu à peu leurs a priori sur l’ « autre camp ». Ils deviennent adultes au fil de leurs aventures, et se découvrent des trésors de courage qui les amènent à s’admirer et se respecter mutuellement.

Ce deuxième tome, s’il est, selon moi, moins dynamique que le premier, est pour autant une nouvelle fois une réussite de la part des auteurs, et nous attendons maintenant avec impatience la suite des aventures d’Héloïse et Brutus au temps de la Terreur.

« Il faut sauver la reine, une aventure d’Héloïse de Saint Phalle » de Carl Aderhold et Michèle Lancina (Zethel) * un chouette roman historique

An 1792. La vie d’Héloïse et de ses parents a bien changé depuis que la Révolution a fait des aristocrates les ennemis des sans-culottes. Les uns et les autres se vouent une haine sans limite, conduisant les deux camps aux pires vexations, voire exactions. Héloïse a 13 ans mais déjà elle sait ce que les hommes peuvent infliger à leurs congénères. Et parce que ses parents, qui avaient choisi déjà de s’éloigner de Paris pour fuir le danger, ont décidé cette fois qu’il leur fallait quitter la France pour gagner Londres, elle se retrouve avec eux et sa gouvernante sur une plage, de nuit, à attendre un bateau alors que la tempête gronde. Mais rien ne se passe comme prévu, et Héloïse se retrouve seule sur le sable avec Mme de Boisgobey, regardant ses parents quitter la France sans elle. Commence alors pour les deux aristocrates un long voyage qui les conduira vers Paris, chez la tante d’Héloïse, et vers ses troubles révolutionnaires plus que jamais menaçants. Leur sera-t-il possible de rester à l’écart de ce qui se trame pour sauver ou condamner la famille royale ? La rencontre d’Héloïse avec Brutus, un charmant mais convaincu sans-culotte, la fera-t-elle changer d’avis sur la situation politique française ?

Car en pensant échapper à l’agitation révolutionnaire chez sa tante, la marquise de Vauséjour, Héloïse va tout au contraire se retrouver au centre d’un complot visant à faire s’échapper Marie-Antoinette de prison, où elle est retenue avec sa famille depuis si longtemps. Alors que leur sort est plus que jamais précaire, les partisans de la monarchie tentent l’impossible ; très attachée, de par son éducation, à la Reine, Héloïse ne va pas pouvoir faire autrement que d’apporter son aide, quitte pour cela à risquer son amitié avec Brutus, jeune sans-culotte convaincu et qui s’est donné pour mission de déjouer le complot qu’il sent se tramer dans les salons de l’hôtel particulier de la Vauséjour. Les voilà tous les deux pris dans des spirales contraires ; parviendront-ils à faire triompher leurs sentiments ?

Ce roman historique pour la jeunesse est extrêmement bien écrit, et dépoussière avec succès les dates, événements, grandes figures et lieux de la Révolution française puis de la Terreur que nous avons soigneusement notés (il y a plus ou moins longtemps !) dans nos cahiers d’histoire. Héloïse et Brutus, qui appartiennent chacun à un « camp », sont pour Carl Aderhold, historien, l’occasion de revenir sur cette période troublée qui constitua un tournant dans l’histoire de France et vu s’établir les bases de la France d’aujourd’hui. Tiraillés chacun par des valeurs et croyances antagonistes, ils vont pourtant se rendre compte que « l’ennemi » n’est ni démoniaque ni si différent de soi, qu’un idéal peut conduire certains aux pires extrémités, ou encore que garder l’esprit clair est essentiel en toutes circonstances. Une leçon plus que jamais d’actualité.