Faux frère, vrai secret, Olivier Gay, Editions Castelmore

img_4185

Après la série Le Noir est ma couleur, Olivier Gay revient avec un roman jeunesse que vos ados vont adorer !

Léa a 16 ans, et mène vie simple de lycéenne banale. Plutôt dans la moyenne, elle est réservée et n’aime pas se faire remarquer. Un soir, son père annonce qu’ils vont adopter le fils d’un couple d’amis australien car ceux-ci sont décédés dans un accident de voiture. Ils laissent derrière eux Mike, un jeune ado, qui va devenir le frère de Léa en arrivant dans leur famille. Et la vie de Léa va basculer.

Car Mike n’est pas un ado comme les autres. Ses connaissances parfaites sur de nombreux sujets attirent l’attention, les codes du lycée de nos jours, lui sont inconnus, il ne s’énerve jamais et fait preuve d’un calme permanent, et il court très, très vite. Trop parfait Mike agace, attire l’attention sur lui, et sur Léa. Trop tout, en fait… Qui est vraiment Mike ? Léa va tout faire pour le découvrir. Lire la suite

Le noir est ma couleur, le piège, Olivier Gay, Rageot Editions

9782700250909-001-G

Suite et fin d’une saga pour ado passionnante !

Nous retrouvons avec plaisir Manon et Alexandre qui nous avaient laissé dans un suspense insoutenable à la fin du tome 4. C’est donc impatients que nous retrouvons nos deux héros.

Alors qu’ils ont atteint Nice et pénétré dans l’antre des Mages Noirs afin de déceler les secrets du pouvoir noir de Manon, Alexandre et cette dernière vont se retrouver embarqués dans une palpitante aventure. Aventure qui va les mener jusqu’en Italie, dans la splendide Rome au passé historique des plus riches. Lire la suite

Les épées de Glace, Olivier Gay, Bragelonne éditions

1511-glace-i_org

Je connaissais Olivier Gay, l’écrivain de polar. Olivier Gay, l’écrivain de jeunesse. Aujourd’hui je découvre une autre casquette de l’auteur ; l’héroic-fantasy. Bien que ce ne soit pas un style de lecture que j’affectionne beaucoup, j’avoue avoir été étonnée par la qualité de ce roman.

Deria, la jeune fille d’un baron des Royaumes du Nord, est retrouvée morte dans les rues de la capitale, où son père l’avait envoyée vivre. Violée, assassinée. Les témoins sont durs à trouver et l’Empire fait tout pour étouffer l’affaire.

Shani était sa servante. Et sa meilleure amie. Mahlin était garde du palais. Et son meilleur ami.  Alors que l’Empire tente par tous les moyens de les faire taire, ils vont prendre la fuite ensemble avec la ferme intention de prévenir le père de Déria. Le père de la jeune fille n’est autre que le célèbre « Rekk le Boucher ». Celui dont le nom seul suffit à faire trembler toute une ville. Celui qui sait se battre comme personne. Celui qui ne craint rien, ni personne. Celui que chacun redoute de croiser sur sa route.

Pour Shani et Mahlin, débute alors une longue période de peur, de fuite et de guerre, loin de leur petite vie jadis tranquille au palais.

Deux personnages dont nous allons avidement suivre la progression, et dont le changement va se ressentir pages après pages. Deux jeunes parachutés dans des combats sanglants, des décisions difficiles, tentant de sauver leur vie à chaque instant, prêts à tout pour trouver l’assassin de leur amie.

La maitrise de l’histoire est parfaite, et c’est dans un tout autre style que l’on redécouvre Olivier Gay.  Même si on retrouve, parfois, au détour d’une page, une petite touche d’humour qui caractérise l’auteur, c’est ici un roman sombre et sanglant. Mais paradoxalement beaucoup d’humanité s’en dégage, à travers ces deux héros que deviennent Shani et Mahlin, et qui sont, avec la vengeance, le fil conducteur de l’histoire. La vengeance d’un père, la vengeance d’amis. La vengeance d’un peuple, d’un empire. Au-delà de ces vengeances, on trouve aussi l’amour, sous toutes ces formes.

Une histoire fantastique (dans les deux sens !), qui malgré le pavé de 600 pages, ne nous semble à aucun moment long. Pas le temps de s’ennuyer car l’action et le suspense sont présents à chaque moment et contribuent à une lecture attentive et passionnée du récit. Olivier Gay nous dévoile un autre aspect de sa plume, tout aussi brillant et humain que les autres styles.

kitty

Le noir est ma couleur – l’évasion, Olivier Gay, Rageot

le noir est ma couleur 4

Le retour tant attendu de Manon et Alexandre ! Après la fin du tome 3 nous laissant bouillants d’impatience, nous retrouvons nos deux ados qui tentent de fuir Paris pour le Sud de la France. Pas pour aller passer des vacances au bord de mer, non. Mais pour échapper aux mages qui les traquent, aux Ombres qui veulent leurs peaux et à la police qui diffuse des avis de recherches… Aucun répit pour Manon et Alexandre, qui s’enfuient à bord d’un scooter volé.

L’évasion. Le tome 4 porte bien son nom. Une évasion qui ne va pas s’avérer des plus simples, pour les raisons évoquées ci-dessus, mais aussi parce que les pouvoirs de Manon sont devenus plutôt effrayants… Lire la suite

Trois fourmis en file indienne, Olivier Gay, Le Masque

Grande satisfaction de retrouver notre clubber narcissique et maladroit dans ce 4e tome hilarant !

Après le ton un peu plus sombre du précédent, Fitz semble avoir un peu muri…. ( ! ) En apparence. Son hacker qu’il a surnommé Bob, envers qui il a une dette lui demande de se rendre sur une île appartenant à un milliardaire. Des plages de sable fin, de l’eau à perte de vue, il n’en faut pas plus pour appâter Fitz.

Mais la mission qu’il doit accomplir vient ternir l’image de ces vacances improvisées ; comment s’introduire dans le bureau de ce milliardaire, déposer un keylogger sur son ordinateur, et s’en sortir vivant ? Avec pour seule couverture la vente aux enchères d’œuvres d’art rares, et son ex Jessica, commissaire de police, qui l’accompagne.

Des soldats, des fusils d’assaut, une jungle remplie de bêtes dangereuses… L’accueil réservé à Fitz n’est pas des plus simples pour accomplir sa mission. Les vacances peuvent très vite virer à la catastrophe…

Un roman aux allures de James Bond, avec énormément d’action, de suspense et de rebondissements. Et dans le rôle de James Bond… Fitz ! Cela donne donc une aventure folle, drôle et perturbée par la poisse légendaire de notre héros. De l’humour à gogo, quelques petites blagues salaces (Olivier tu t’es lâché !), moins sombre que le précédent comme l’annonce la couverture avec cette image paradisiaque.

Le prologue pourtant, n’annonçait rien de tel. Un passage émouvant que je tiens à souligner car on y découvre une autre facette de l’écriture d’Olivier Gay. Il nous avait tellement habitués à nous faire rire, mais l’on découvre avec ce prologue qu’il peut tout aussi bien émouvoir et toucher le lecteur.

Et que dire de ce titre ? Olivier se démarque par l’originalité de ces titres, tout en gardant l’esprit du livre. Mais alors pour celui-ci, il frappe fort ! Je ne peux m’étendre plus pour ne rien dévoiler, je ne peux que vous dire que c’est magistral !

Pas d’essoufflement, pas de redondance car le personnage de Fitz évolue sans cesse et toujours ce suspense incroyable à la fin. Une question demeure et prend de plus en plus d’importance à l’issue de de chaque livre ; qui est vraiment le hacker ?

Réponse (peut-être) au prochain épisode…

kitty