Piège nuptial, Douglas Kennedy, Pocket

A 38 ans, Nicholas n’a jamais vraiment eu de l’action et de l’aventure dans sa vie. Pigiste pour des journaux régionaux, il n’a jamais quitté les Etats-Unis. Lorsqu’un jour, dans une librairie d’occasion, il tombe sur une carte routière de l’Australie. Sur un coup de tête, il décide de réunir ses économies, vendre tout ce qu’il possède, et il part pour l’Australie, direction le désert. Lire la suite

Tu as promis que tu vivrais pour moi, Carène Ponte, Pocket

Molly a trente ans lorsque sa meilleure amie Marie meurt, emportée par la maladie. Une épreuve terrible pour la jeune femme, qui enterre celle avec qui elle a grandit, celle à qui elle confiait tout. Avant de mourir, Marie lui a fait promettre de vivre sa vie pour deux, d’être pleinement heureuse. Mais Molly ne l’est-elle pas déjà ? Son travail de serveuse lui permet de vivre, même s’il n’est pas le job rêvé. Germain, malgré sa gentillesse extrême la comble sur le plan sentimental, même si parfois, Molly apprécierait un peu plus de répondant. Lire la suite

« La drôle de vie de Zelda Zonk » de Laurence Peyrin (Pocket) * Coup de coeur

 

Il m’avait été offert, conseillé, loué par de nombreuses personnes auxquelles je me fie généralement – tellement que je n’avais « presque » pas envie de m’y plonger, de peur d’être déçue. Pourtant, j’ai bien peur de me ranger moi aussi dans la file des lecteurs conquis – amoureux – de ce roman magnifique, qui dépeint l’amour, la vie, la famille – leurs travers et leur beauté. Un texte incroyablement beau, profondément authentique, magnifiquement poignant. Bref, un coup de cœur.

Un coup de cœur qui commence d’ailleurs par celui pour le personnage de Hanna, cette jeune femme qui, un mardi matin brumeux, manque de perdre la vie dans un carambolage monstre. Extraite de son véhicule dans un état critique, elle est hospitalisée de longues semaines – un temps nécessaire pour se reconstruire physiquement, mais aussi pour prendre du recul sur la vie qu’elle mène auprès de son mari, de sa nièce qu’elle élève, dans une petite maison au milieu de la campagne, au cours de journée monotones mais confortables. Car Hanna se rappelle, dans cet univers aseptisé et alors qu’elle sait que beaucoup d’autres automobilistes n’ont pas eu la chance de survivre à ce mardi, qu’elle avait des rêves, qu’elle aimait son mari pour une ambition et une flamme qui semblent avoir disparu, qu’elle se désolait de ne pas avoir d’enfant avant de recueillir et d’aimer la fille de sa sœur. Une prise de conscience accrue lors de discussion avec une étrange et attachante camarade de chambre, la pétillante Zelda Zonk, qui fascine Hanna et qui, définitivement, lui amènera sur les lèvres les vraies et bonnes questions – et sur un plateau le frisson, la passion, la déraison qu’il lui manquait pour entamer une autre vie.

Quelle leçon de vie que ces parcours croisés de multiples personnages qui, bien que différents, semblent tous entravés par des rêves qui ne sont pas les leurs, des vies qui ne leur ressemblent pas, des quotidiens subis plutôt que vécu – quand les conventions et la monotonie des habitudes prennent le pas sur l’envie, l’initiative, la passion, et qu’aucun grain de folie ne vient se glisser dans les rouages du quotidien, la vie vaut elle la peine de s’en donner la peine ?

Quelle leçon d’écriture aussi : Laurence Peyrin a un incontestable talent pour narrer, pour dépeindre tout à la fois la nature humaine et l’environnement dans lequel évolue ses personnages. La lecture se colore, se pare de belles références, est rythmée par les dialogues et les apparitions de personnages qui nous deviennent vite précieux et qui, tous, tissent une bien belle intrigue – nul doute que vous verserez votre larme, et que vous refermerez ce livre en vous posant quelques questions salutaires. Un conseil donc, lisez La drôle de vie de Zelda Zonk ! Pour ma part, je viens également d’acheter Hanna, la suite des aventures de ma nouvelle meilleure amie littéraire.

Fais le pour maman, François-Xavier Dillard, Pocket

Sébastien a 7 ans. Enfant plutôt réservé, il vit seul avec sa sœur Valérie et sa mère qui enchaine les petits boulots pour faire vivre sa famille. Mais elle n’est pas heureuse et ses ressentiments ressurgissent dans de nombreuses disputes avec sa fille. Un soir, c’est la dispute de trop. Un couteau termine dans le ventre de Valérie. La mère prétend que c’est Sébastien qui a blessé sa sœur mais la police ne croit pas à cette version. Leur mère finit en prison, Valérie en hôpital spécialisé, et Sébastien en famille d’accueil. Lire la suite

Serre moi fort, Claire Favan, Pocket

  1. La jeune Lana est portée disparue. Pour son frère Nick, commence une douloureuse période. Lui qui est déjà invisible à la maison, grandissant dans l’ombre de sa sœur, c’est désormais bien pire. Son père sombre dans l’alcool et sa mère n’est plus qu’un légume, abrutie de médicaments et incapable de sortir de son lit. A 15 ans, Nick s’occupe seul de la gestion de la maison, de ses parents, et de son avenir.

Lire la suite

Marie d’en haut, Agnès Ledig, Pocket

Olivier débarque en pleine campagne comme lieutenant de gendarmerie dans la brigade du coin. Sa première enquête de routine a lieu chez Marie, une jeune agricultrice qui s’occupe seule de son domaine. Celle-ci est loin de se faire impressionner par un flic débarqué de la ville qui ne connait rien aux animaux.

Olivier apprécie immédiatement cette résistance qu’elle lui oppose, et cette carapace qu’elle s’est créée, qui dissimule ses points faibles. Car Marie s’occupe seule du domaine, élève seule sa fille Suzie, et le seul sur qui elle puisse toujours compter est Antoine, son meilleur ami.

Olivier va s’intégrer naturellement à leur vie, mais non sans mal ; Antoine protège Marie depuis toujours et ne voit pas d’un bon œil l’arrivée de cet étranger et le rapprochement qui se joue entre lui et Marie… Lire la suite

Code 93, Olivier Norek, Pocket

Depuis le temps que j’entends parler de cet auteur, je me lance enfin avec pour commencer Code 93 où l’on fait la connaissance du capitaine de police Victor Coste.

Et celui-ci va avoir fort à faire. Alors qu’il observe le médecin légiste à l’œuvre sur un cadavre émasculé découvert peu de temps auparavant, ce dernier, contre toute attente, se réveille sur la table d’autopsie. Puis la découverte du corps d’un toxico complètement carbonisé, avec reposant à l’intérieur de son abdomen, un téléphone portable sonnant toutes les 3h, vient semer la pagaille dans la première enquête. Et enfin des lettres anonymes parviennent  à Coste, rappelant dans chacune d’elles de vieilles affaires, avec la mystérieuse mention « code 93 », un dossier inconnu du capitaine.

Alors qu’il doit former une nouvelle équipière tout juste sortie de l’école de police et l’intégrer à son équipe délestée de son meilleur collègue et ami Mathias, Victor Coste n’est pas au bout de ses peines pour découvrir la vérité. Lire la suite

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan, Pocket

img_4203

Fiction ? Réalité ? La frontière est parfois mince. Delphine de Vigan aborde cette thématique dans ce roman. Autobiographie ou fiction ? Coupons la poire en deux, appelons-le autofiction.

L’auteure nous raconte son quotidien, les salons, les dédicaces, la sensation d’étourdissement suite au succès de ses livres, la peur, l’étouffement, le besoin de se retirer de cette surmédiatisation, la peur d’écrire à nouveau, jusqu’au dégoût que lui procure la simple vue d’un ordinateur. Mais surtout, et c’est le point de départ de l’intrigue du roman, sa rencontre avec L.

Une jeune femme qui intègre sa vie de manière quasi immédiate, presque brutale. Fascination, intimidation, un lien se crée immédiatement entre les deux femmes. L. est toujours présente pour l’auteure, se fait à la fois discrète et pressante. Très vite elles deviennent amies et L. exerce une emprise sur l’auteure, qui, si au début elle s’avère agréable, devient par la suite embarrassante, voire effrayante… Lire la suite