« Et tu entendras le bruit de l’eau » de Sophie Jomain (&H) * un roman vivifiant

Marion est journaliste People, et elle est plutôt très bonne dans sa partie. Sa vie d’ailleurs tourne presque intégralement autour de son métier… le reste ne faisant que passer sans jamais s’installer. Elle y met tout son professionnalisme, faute d’y mettre son cœur et son âme… avouez qu’interviwer une star n’est pas non plus l’exercice le plus passionnant et enrichissant. Mais le jour où elle se fait doubler par un concurrent pour un article et perd son calme face à sa hiérarchie, elle se dit qu’elle a peut-être besoin de ces congés dont elle a été (et s’est) privée les dernières années. Elle se souvient alors qu’elle avait aimé la photographie, à l’époque où elle avait encore du temps pour y songer. Qu’à cela ne tienne, la voici partie avec son sac à dos et son appareil sur la Baie de Somme, une magnifique région sauvage et suffisamment loin de Paris pour, elle l’espère, se reposer. Ce dont elle ne se doutait pas, c’est qu’en plus du calme, elle y trouverait beaucoup – et suffisamment pour accepter de remettre en question la vie bien remplie mais si insipide qu’elle s’était bâtie jusque là.

Si ce nouveau roman de Sophie Jomain est radicalement différent du précédent, très léger et clairement destiné à divertir, Et tu entendras le bruit de l’eau est quant à lui plus profond, plus engagé. Sans pour autant s’attarder trop longtemps dessus, elle glisse dans le parcours de Marion et des personnages qui gravitent autour d’elle des messages importants : immigration, défense de la nature, recherche de sens, … Marion est une jeune femme moderne qui porte des valeurs, qui trouvent toute leur place dans l’intrigue. Un grain de sable et c’est toute la mécanique de sa vie qui se retrouve grippée… Mais peut-être était-ce nécessaire?

De ses balades et de ses rencontres, de son introspection et de ses engagements, Sophie Jomain tisse un roman agréable à lire, bien mené, joliment ancré dans la Baie de Somme – idéal pour le joli mois de mai et ses « ponts » !

 

Publicités

« Thérapie du crime » de Sophie Jomain et Maxime Gillio (Pygmalion) * à glisser d’urgence dans vos valises cet été

 

Comment résister à un tel duo d’auteurs ? Je vous le demande. Alors, j’ai craqué, tout simplement – bon, je le reconnais, il y avait aussi pas mal de curiosité : comment allaient-ils pouvoir conjuguer (efficacement) leurs deux univers en un même roman ? Un challenge, certes, mais aussi une réussite, puisque Thérapie du crime plaira tout autant aux fans de Sophie Jomain – qui retrouveront dans le personnage d’Alice ses héroïnes au caractère bien trempé, passionné et à la répartie mordante – qu’aux amateurs d’enquêtes policières intelligemment menées – marque de fabrique de Maxime Gillio.

Car si la vie d’Alice est plutôt calme – si l’on peut ainsi qualifier le quotidien d’une psychologue-sexologue qui plonge à chaque consultation dans les méandres les plus étonnants de la sexualité et de la nature humaines -, tout cela vole en éclat le jour où Xavier, amour de jeunesse (qu’elle s’était efforcée d’oublier) devenu commandant frappe à sa porte pour l’interroger sur un patient. Non seulement il est devenu terriblement craquant (mais elle ne doit pas y penser), mais en plus il sous-entend qu’elle pourrait l’aider à arrêter un meurtrier… Qu’on lui rende sa vie d’avant ! Car une fois le doute (et le charme) installée, Alice se lance à corps perdu dans une contre-enquête déstabilisante, passionnante mais aussi terriblement dangereuse, non seulement pour sa vie amoureuse, mais aussi pour sa vie.

Humour, suspense, testostérones, enquête, soirées entre copines, uniforme et coup de cœur, tout y est… saupoudré en plus d’une bonne dose d’humour et de dialogues savoureux. L’enquête policière n’en est pour autant pas bâclée, et on suit avec plaisir (et frissons) les avancées de nos deux improbables coéquipiers, chacun apportant à l’intrigue autant que l’autre. On alterne donc entre moments de tensions – attention cependant, ce n’est ni un thriller, ni vraiment un polar, mais un joli mélange de ce qui fait l’ADN des deux auteurs – et éclats de rire, entre révélations et déductions. On perçoit leur complicité, tout en ne pouvant nous empêcher de penser que la collaboration sur un tel projet a du être un peu… mouvementée 😊 , caractères obligent !!!

Voici donc le livre parfait à glisser dans les valises cet été, pour passer un bon moment sans faire de concessions sur la qualité de l’écriture et de l’intrigue. Vivement la suite donc ! (oui oui, c’est un appel du pied !!).

Les étoiles de Noss Head – Origines Partie 1 et Partie 2 (Sophie Jomain – Rebelles éditions)

Impossible, vu l’engouement manifesté dans les chroniques des trois premiers tomes de cette série de fantasy française signée Sophie Jomain, de ne pas vous parler de la suite !

noss head Origines 1
Car Hannah, fidèle à elle-même, continue de mener une vie bien compliquée. Bien malgré elle, les ennuis semblent devoir la poursuivre et définitivement changer sa vie et celles de ses proches.

Confrontée à la pire épreuve qui soit, elle pourra à nouveau compter sur ses amis pour affronter les pires ennemis et les épreuves les plus dures. Si depuis plusieurs mois les choses semblaient devoir aller mieux pour Leith et la jeune femme, ils ont en fait constitué les derniers moments de répit des jeunes gens et les derniers jours de leur amour…. Vous voilà suffisamment intrigués pour vous lancer dans la lecture des deux tomes d’Origines !

noss head Origines 2
Sophie Jomain parvient une nouvelle fois à entretenir de main de maitre le suspense tout au long de ces deux tomes des aventures vampiriques et garolles de ses héros.

Avec une imagination débordante et grâce à une plume maitrisée, elle met en scène les vies malmenées d’Hannah et de ses amis : poursuivis par de redoutables vampires décidés à se venger, torturés, tués pour certains, enlevés, séparés, … rien ne leur sera épargné et ces deux derniers tomes sont les plus noirs de la série.

Le lecteur dévore les pages de ces romans avec le fol espoir que ses héros s’en sortiront bien… espoirs qui ne suffiront pas forcément… Autant vous prévenir, Sophie Jomain ne leur fait pas plus de cadeaux qu’à vous.
Au bout de cinq romans, la série Les étoiles de Noss Head ne s’essouffle toujours pas et continue de nous ravir.

Hannah est une héroïne qui se renouvelle d’aventure en aventure et qui, tout en correspondant aux standards des personnages de fantasy, ne s’éloigne jamais de la fille « ordinaire » qu’elle était au début de la série et à laquelle on avait tant de facilité à s’identifier.

Un équilibre parfait donc et une intrigue à rebondissements multiples et passionnants : la recette fonctionne toujours aussi bien !

sweetie

« Les Etoiles de Noss Head – Tome III : Accomplissement » de Sophie Jomain (Rebelles éditions) * et de 3!

Voici donc le troisième tome d’une série de Sophie Jomain dont je vous ai déjà dit grand bien ; et il ne dérogera pas ! Au-delà de la qualité de l’intrigue et de l’écriture très particulière et fraiche de l’auteure, ce que je retiens de ce tome est sa capacité encore une fois à renouveler la première : aucune impression de redondance, mais plutôt celle que Sophie Jomain parviendra une autre fois, puis une suivante, et encore une suivante, à nous passionner avec les histoires d’amitié, de haine et d’amour des anges noirs et des loup-garous.

Cette fois, Hannah, qui a vu sa vie transformée bien malgré elle, va devoir faire des choix qui auront de graves conséquences sur sa vie et sur celle de ceux qu’elle aime. Après avoir cru qu’elle avait irrémédiablement perdu Leight, et après avoir gagné par la même occasion l’amitié précieuse et indéfectible de Darius et de ses frères, la jeune femme doit apprendre à composer avec ce qu’elle est devenue, cette personne qui lui ressemble mais n’est pas vraiment elle. Elle qui avait toujours tenté de rester la plus discrète et « normale » possible, qui avait toujours été perçue comme une créature fragile au caractère bien trempé doit aujourd’hui apprendre à maitriser des accès de colères homériques qui pourraient bien la conduire à commettre le pire. De plus, avec l’aide de son amie Gwen, elle se lance sur les traces d’un ange noir auquel elle est liée pour le pire et qui a pour elle des ambitions effrayantes ; Leight et Darius doivent donc mettre leurs différends de côté – et maitriser leurs natures ennemies – pour tenter de protéger la jeune femme au mieux. Deux missions bien compliquées, qui conduiront les jeunes gens et leurs alliés et amis à aller bien au-delà des limites qu’ils avaient jusque là l’habitude de se fixer.

Alors oui, Sophie Jomain signe encore une romance, mais elle est efficace, peuplée par des créatures sublimes, agrémentée d’une plume pleine d’humour (et de quelques coquilles regrettables malheureusement…) ; et on la remercie de rappeler à tout un chacun que la romance est un genre à part entière, pas seulement une catégorie dans laquelle on relègue les romans féminins bas de gamme dont on ne sait que faire…

signature sweetie

« Les étoiles de Noss Head – Rivalités » de Sophie Jomain (Rebelle Editions) – on adhère toujours!

Bon, je n’ai pas résisté à me jeter sur le deuxième volume des Etoiles de Noss Head. Comme j’avais beaucoup apprécié le premier, aucune raison d’attendre, n’est-ce pas ? Et quelque chose me dit que je vais rapidement me procurer le troisième !!

Car les aventures garollesques de Leight et d’Hannah, que nous avions laissés alors qu’amoureux ils savaient qu’ils allaient suivre l’année scolaire à venir ensemble à St Andrews, fac réputée écossaise, et donc pouvoir poursuivre leur romance. Après avoir affronté ensemble de multiples et divers obstacles, et alors qu’Hannah s’est habituée à l’idée qu’un univers surnaturel existait bel et bien, les deux tourtereaux sont résolus à vivre une histoire et une scolarité les plus ordinaires possibles. Pour autant, Sophie Jomain ne l’entend pas de cette oreille et mêle donc rapidement à leur histoire d’autres protagonistes (amis ou ennemis) et une rivalité ancestrales avec des créatures aussi séduisantes et puissantes que les loups-garous : des vampires. Les deux espèces se détestent depuis des siècles, mais ont conclu à St Andrews une sorte de trêve leur permettant de se haïr sans pour autant se nuire. Un pacte qui, malheureusement pour Hannah, ne tient qu’à un fil ; et tout aussi malheureusement, la jeune femme refuse de regarder son petit ami et des amis qu’elle s’est faits sur le campus et qui appartiennent au clan rival se battre sans tenter d’apaiser les tensions. Elle en paiera d’ailleurs le prix, bien plus élevé qu’elle n’aurait pu se le figurer….

Sophie Jomain s’attache à nouveau dans Rivalités à nous faire partager toute sa passion et toute sa connaissance des éléments essentiels et centraux de l’intrigue : les digressions concernant l’histoire de St Andrews sont passionnantes et la description des locaux, de l’architecture, des traditions de cette université fréquentée par d’illustres étudiants du monde entier (Kate et William s’y sont rencontrés, rien que ça !) témoignent d’une connaissance poussée des lieux et de l’établissement. De la même façon, l’auteure alterne entre utilisation des codes et attributs habituels et facultés des créatures fantastiques mises en scènes (loup-garous, vampires, …), caractéristiques et pouvoirs qu’elle-même leur assigne. Le résultat est tout à la fois original et personnel à Sophie Jomain et suffisamment familier pour être rassurant pour le lecteur.

A nouveau, les développements de l’intrigue sont passionnants (même si pour certains ils sont assez faciles à anticiper  pour un lecteur averti…) et l’évolution de l’histoire d’amour d’Hannah et Leight ne manquera pas de ravir les lectrices ; l’auteure les entoure d’une multitude de personnages beaux, sexys, torturés, cyniques, dangereux, séduisants, redoutables, …  et les fait évoluer dans un contexte remarquablement développé, tissé d’héritages complexes et de rivalités ancestrales, d’inimités traditionnelles et assimilées par les jeunes gens sans même qu’ils ne les réfléchissent – ce qu’Hannah, que nous commençons à cerner, ne saurait accepter sans tenter de faire entendre raison aux uns et aux autres. Amours impossibles, amitiés compliquées, incompréhensions séculaires, vengeances sanglantes, … Sophie Jomain réinvestit tous les codes du genre et nous livre un deuxième tome aussi passionnant que le premier, qui élargit encore l’univers de sa série et l’enrichit, lui ouvrant dans les 20 dernières pages des horizons étourdissants pour un troisième tome (et un quatrième ? et un autre ensuite ?).

Sweetie