« Génération K » de Marine Carteron (Rouergue) * fascinant

Afficher l'image d'origine

Kassandre est une ado rebelle, tatouée et percée, torturée. Si elle a grandi dans une richissime famille, elle est loin d’être heureuse. Une sombre force semble dormir en elle.  A-t-elle jamais été comprise par des parents absents?  Décidément, la fortune ne fait pas le bonheur. Heureusement, Mina, sa seule amie, est là pour elle.

Mina, quant à elle, a grandi entourée par l’amour de sa mère. Pourtant, elle s’est toujours sue différente. Elle est la meilleure amie de Kassandre, qu’elle ne parvient pour autant pas toujours à comprendre, mais aussi la fille de la domestique de sa famille. Pas simple de se positionner, d’autant qu’elles sont sœurs de lait. Mais cela empêchera-t-il Kassandre de la rejeter le jour où elle découvrira le lourd secret que Mina découvre un jour ?

George enfin a grandi sans famille, enchainant les places dans des institutions incapables d’apprivoiser ce petit garçon découvert sur les marches d’une église. S’il déteste l’injustice, il est pourtant largement mouillé dans diverses affaires de délinquance. Il est d’ailleurs incarcéré suite à l’une d’elle lorsqu’un étrange personnage vient lui donner des documents qui pourraient bien lui permettre de savoir d’où il vient. Mais cela ne va-t-il pas déchainer la violence qui couve en lui et dont il soupçonne qu’elle peut le dépasser d’un moment à l’autre ?

Kassandre, Mina et George ne le savent pas encore, mais ils sont les porteurs d’un gène – le gène K – qui les rend puissamment différents, perçus par certains comme les sauveurs d’un monde qui se meurt, par les autres comme des moyens de s’assurer leur suprématie sur l’humanité. Héritiers de dynasties ennemies depuis des siècles, détenteurs de secrets jalousement gardés, les trois adolescents doivent rapidement apprendre à compter les uns sur les autres et à apprivoiser les démons qui dorment en eux – et qui semblent si bien s’articuler et s’apprivoiser. Ultime mission : il leur faudra aussi retrouver la trace du quatrième détenteur de ce gène K pour le sauver et ensemble, ils l’espèrent, réaliser de grandes choses.

Marine Carteron déroule avec beaucoup de talent un roman de science-fiction très noir, premier tome d’une trilogie qui s’annonce passionnante. On est rapidement captivé par les histoires narrées à la première personne par les trois adolescents qui s’alternent, se croisent et se lient finalement. La construction est intelligente. Mythe, scandale sanitaire, grands groupes financiers sans scrupule, mafia, créatures sorties tout droit des Enfers, tous les éléments sont rassemblés pour nous tenir en haleine et sans cesse faire s’enchainer rebondissements, révélations et scènes d’action. En un mot comme en cent, ce premier tome est on ne peut plus convaincant – parfaite confirmation du talent de l’auteure de la trilogie à succès Les Autodafeurs.

Et pour le plaisir, voici le teaser!

La fille de la pluie, Pierric Guittaut, Gallimard Serie Noire

img_4140

Hughes, clerc de notaire est envoyé par son patron à la campagne, loin de sa ville Nantaise et de son mariage qui capote. Il se perd dans la campagne, un orage éclate et sa voiture rend l’âme alors qu’il aperçoit une jeune fille mystérieuse au bord de la route. Il est gracieusement hébergé dans la famille Girard, des agriculteurs plutôt distants, qui ne supportent pas leurs voisins du hameau à côté, la famille Martin. Histoires de terres, secrets de famille, la rivalité est flagrante et Hughes, obligé de prolonger son séjour pour la réparation de sa voiture, est très mal à l’aise.

Puis les évènements s’enchainent. Meurtre, suspicions, rivalités. Dans la campagne où tout le monde se connait, Hughes n’est pas le bienvenu, et pourtant quelque chose le contraint à rester. Et sa vie va voler en éclat. Lire la suite

« Le grand livre des couleurs » (Usborne) * chatoyant et original

20161120_150310

Je vous vois déjà lever les yeux au ciel : encore un livre sur les couleurs, quel manque d’originalité ! Et je pense qu’il y a quelques temps j’aurais acquiescé. Mais maintenant que je fais tester mes lectures à Mini, je peux vous dire que celui-ci a particulièrement de succès !

Que cela provienne de la qualité d’impression des couleurs (vraiment chatoyantes), du graphisme si joli (les illustrations sont vraiment belles, n’est-ce pas ?), du choix des éléments représentés et de la qualité des légendes (et bien oui, le maillot jaune est celui porté par le leader du Tour de France, et il a donc toute sa place au milieu des traditionnels poussins et tournesols !), tout est réuni pour passer un joli moment coloré ! Et si Mini s’est amusée à reconnaitre les objets et les animaux, vous sourirez en constatant que pour la menthe, c’est un verre de mojito qui est dessiné, ou encore que nombre de nos expressions quotidiennes utilisent des couleurs (blanc comme neige, feu vert, avoir du bleu à l’âme, …). Nuances, mélanges, complémentarité, tout y passe, à tel point que ce livre accompagnera Mini pendant des années et qu’elle y découvrira petit à petit plein de nouvelles choses très utiles sur les couleurs et leur signification. Bref, si la thématique est effectivement peu originale, son traitement est parfaitement maitrisé et modernisé : on a adoré découvrir ce livre ensemble, et chacune de nous y a vu quelque chose de différent ! Merci aux éditions Usborne !

20161120_150247 20161120_150236

20161120_150302

« Mes poupées en papier » (Usborne) * A mettre sur la liste au Père Noël!

20161120_144713

Parce que l’imagination est le meilleur outil pour jouer et s’amuser, ce superbe livre-objet sera rapidement le meilleur ami de votre enfant ! Quatre poupées et plus de cinquante tenues évoluent dans un décor superbe imprimé sur les rabats ; l’armoire en carton se monte facilement et abrite joliment toutes les tenues qui attendent nos quatre amies en 2D, enrichissant cette maison de poupées d’un nouveau genre.

20161120_143151

Tenue de fête, soirée pyjama, vêtements d’hiver ou tenues estivales, toutes les occasions sont présentées et déclinées en jolies robes, jupes et autres chemisiers colorés ; votre enfant va donc pouvoir faire évoluer ces quatre poupées de carton au grès de son imagination et de ses envies, inventer leurs conversations, mettre en scène leurs sorties, choisir les tenues les mieux adaptées, … . Quels beaux moments d’amusement en perspective ! Un bien joli livre et une superbe idée cadeau que nous vous recommandons !

20161120_143207

20161120_143217

20161120_143224

50 puissantes raisons de ne pas aller chez le psy (David Gourion et Muzo) – éditions JC Lattès

Nous avons tous été tentés dans notre vie si névrosée d’aller consulter un jour un psy…

Psychiatre, psychologue, psychothérapeute…pas facile de s’y retrouver dans ce jargon plus ou moins médical. En plus d’être blogueuse, je suis infirmière en psychiatrie et le livre m’a plu ! Pour une fois qu’on se moque de nos chers thérapeutes !!

Lire la suite