Castelletto tome 2, Nicola, Emma Mars, Editions Charleston

Retour à Venise pour le second tome de la série Castelletto. Nous sommes toujours au XIVe siècle et nous retrouvons Chiara, à la tête du Castelletto, ce bordel bien organisé au coeur de la ville. Après les grandes révélations du tome 1, la jeune femme poursuit sa vie et tente de sauvegarder sa liaison secrète avec Nicola. Lire la suite

Publicités

« Des plumes sous ma couette » d’Amandine Cornette de St Cyr (L’Archipel)* une plongée savoureuse dans les coulisses de l’édition!

Bienvenue dans l’univers impitoyable et impayable de l’édition ! Anne, écrivain en mal de succès et résolue à tout (ou presque) pour l’atteindre, nous entraine à sa suite dans les méandres d’un univers de paillettes et de poudre (aux yeux). Si vous souhaitez continuer à penser que l’édition est un milieu à part, intellectuel et préservé, passez votre chemin ; si vous avez envie de rire des plus grands noms de la littérature, du journalisme et de l’édition actuelle (dont les personnages sont des reflets intéressants !), précipitez-vous ; si vous connaissez déjà l’édition, … et bien savourez !

Parce qu’Anne ne recule devant rien pour faire connaître ses deux premiers romans (passés complétement inaperçus en librairie et dans la presse), et va donc savamment collectionner les rencontres, les amants et les expériences en espérant trouver LA solution pour décoller. Drogue, couchages, copinages, incrust’ à des soirées, fréquentation des établissements les plus prestigieux, … La jeune trentenaire est déterminée et la suivre est savoureux – à sa suite, nous comprenons que la qualité d’un texte ne suffit pas pour rafler la mise, que connaître les bonnes personnes est là comme ailleurs une condition sine qua none pour percer, qu’être un homme reste l’argument principal pour obtenir un prix, et qu’écrivaine ou pas, une paire de belles jambes est un atout / un handicap certain. Du vieil académicien à l’écrivain maudit en passant par le scénariste amoureux des chats (tout écrivain qui se respecte se doit d’avoir un chat, non ?), elle va tout essayer, ne parvenant la plupart du temps qu’à t en apprendre plus sur la nature humaine ses nuances, souvent plus sombres.

Une plongée savoureuse et drôle dans les coulisses de l’édition – toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant vraiment existé… n’est pas fortuite !

 

Le monde de Lucrèce tome 2, Anne Goscinny et Catel, Editions Gallimard jeunesse

Après un premier tome qui nous a permis de découvrir l’étrange famille de Lucrèce, voici venue la suite tant attendue.

Rappelez-vous Lucrèce, c’est cette jeune fille qui entre en pleine adolescence, à la famille un peu…loufoque. Une mère obnubilée par son travail d’avocate, un beau-père qui ne jure que par la science, un père artiste qui a encore dix ans dans sa tête, et un demi-frère absorbé par ses jeux vidéos. Sans oublier son excentrique grand-mère qui refuse de vieillir.

Heureusement Lucrèce est sans doute la plus équilibrée et peut compter sur ses amies, les trois « Lines ». Et dans ce second tome, nous les retrouvons un peu plus. Lucrèce va d’ailleurs avoir de quoi s’occuper. Un thème d’exposé à trouver, des invitations diverses (concert, mariage,…) et son intense réflexion pour choisir l’instrument de musique duquel elle souhaite apprendre à jouer. Sans compter les différents événements familiaux, c’est une Lucrèce qui grandit un peu plus à chaque chapitre qui nous accueille dans son monde.

C’est un plaisir de retrouver cette famille un peu déjantée mais attachante dans la suite des aventures de Lucrèce. Un second tome que l’on découvre avec autant de plaisir que le premier. Catel nous offre à nouveau de très jolis dessins, drôles et qui nous plongent dans le quotidien de la famille. Anne Goscinny, elle, nous livre un scénario qui nous fait sourire, plein de morale et de bon sens, avec de jolis clins d’oeil à l’actualité.

Avec Lucrèce, on réfléchit à l’élément essentiel à la planète, on assiste à un mariage homosexuel, et on compatit lorsqu’elle rend visite à sa grand-mère atteinte d’Alzheimer, qui ne la reconnaît plus.

Lucrèce est une jeune ado moderne, gentille, attachante, qui ne manquera pas de charmer vos enfants (et de vous charmer vous aussi) !

Les fureurs invisibles du coeur, John Boyne, Editions JC Lattès

Irlande, années 1940 à aujourd’hui.

Cyril est un bébé lorsqu’il est adopté par la famille Avery, un couple aisé et excentrique. Sa vraie mère était une jeune fille lorsqu’elle est tombée enceinte, a été bannie de son village rural très pratiquant, puis arrivée à Dublin, elle a fait le choix qui lui semblait le plus sage. Cyril est donc élevé comme un fils par le couple Avery, qui lui font tout de même comprendre qu’il ne sera jamais un vrai Avery. Ils sont gentils et lui offrent une enfance correcte, bien que dépourvue d’amour et d’affection. C’est là-bas qu’il rencontre son premier véritable ami ; Julian.

Cyril grandit puis entre dans la vie adulte, et va au fur et à mesure de ses expériences découvrir combien est cruelle la société irlandaise avec les gens différents, combien les préjugés sont terribles pour un jeune homme comme lui. L’homosexualité est à cette époque un terrible péché que Cyril va chercher à cacher du mieux qu’il peut, tout en essayant de se forger une identité pour camoufler sa différence. Une identité qu’il va remettre en question au fur et à mesure des diverses rencontres et obstacles qui croiseront son chemin.

Gros coup de coeur pour ce roman atypique qui nous dépeint la société irlandaise des années 1940 à nos jours, nous permettant ainsi de suivre son évolution. Une évolution difficile dans des contextes où la liberté et la différence ne sont pas toujours vues d’un bon œil…

Cyril est un personnage qui nous touche immédiatement. Discret, différent, mal à l’aise dans son corps, dans sa vie, ilva suivre un chemin difficile, semé d’obstacles terribles qui nous révolterons face à la méchanceté humaine, mais il aura aussi des moments heureux que nous partageons avec lui.

L’écriture est noire et cynique, dotée d’un humour pince sans rire très british et de personnages excentriques, rendant l’histoire déroutante, originale et très touchante. Si on a parfois l’impression qu’elle traine en longueur, elle est cependant pleine de détails et très complète, tant d’un point du vue historique que psychologique. Chaque personnage est attachant à sa façon, chacun a sa place.

Une foule de sentiments nous envahit à la lecture tant le scénario est complet et complexe. A la fois sombre mais drôle, glaçant mais joyeux, émouvant et puissant. Vous serez outrés par ce que va endurer le pauvre Cyril, mais aussi émus par des retrouvailles imprévues. Vous allez rire, vous allez pleurer. Et finir par vous dire que, heureusement que nous sommes en 2018, bien que certaines mentalités ont encore bien besoin de changer… Il faudra toujours se battre pour afficher sa différence, peut importe à l’époque à laquelle on vit.

Un roman magnifique, bouleversant, qui vaut vraiment le détour !

« L’enfant qui marche » de Jean-Louis Etienne et Florence Thinard, illustré par Marc N’Guessan (Plume de Carotte) * De l’écologie au pied du sapin

Idée Cadeaux de Noël !

Vous connaissez forcément Jean-Louis Etienne et ses magiques expéditions au Groenland, en Patagonie, partout dans le monde où la Nature montre sa beauté et sa puissance. Scientifique, mais lanceur d’alerte aussi, via des conférences, des interventions et des rencontres pour parler de la pollution, du réchauffement climatique, de responsabilité. Un nom, un visage et une voix qui comptent donc, une nouvelle fois mis à contribution pour préserver l’environnement. Mais ici, pour la première fois, il s’adresse aux plus jeunes et s’entoure pour l’occasion de Marc N’Guessan, dessinateur talentueux, et de Florence Thinard, coauteure tout aussi amoureuse de la nature que lui. Un trio qui fonctionne particulièrement bien et qui nous offre un album magnifique à faire découvrir et à offrir d’urgence.

Des expéditions tout en haut des montagnes enneigées aux explorations océaniques, des aventures en traineau aux murs de glace à escalader, petits et grands se passionnent pour les grands espaces et les grandes découvertes, largement aidés par des doubles pages illustrées et des textes accessibles mais travaillés. On se rappelle à quel point le monde est beau, fascinant, à quel point l’environnement est fragile, dans quelle mesure notre rôle est essentiel pour les préserver, les protéger. Il est tout à la fois question de respect, de connaissance, de prise de conscience, de préservation, de passion. On sort de cette lecture le cœur gonflé de reconnaissance et l’esprit résolu à agir.

Un cadeau utile donc, en plus d’être un ouvrage à mettre dans toutes les bibliothèques et entre toutes les mains.